Un astéroïde s’est crashé au Canada, mais les astronomes l’avaient bien anticipé

ASTRONOMIE C’est seulement la 6e fois dans l’Histoire que la chute d’un astéroïde a été anticipée

20 Minutes avec agence
Un astéroïde à proximité de la Terre. (illustration)
Un astéroïde à proximité de la Terre. (illustration) — 9866112 / Pixabay

Il s’appelait WJ1 et il a touché la Terre le 19 novembre, non loin de Toronto (Canada). D’après Numerama, qui relaye un communiqué de l’agence spatiale européenne (ESA), la chute d’un astéroïde a pu être prévue à la perfection.

L’observatoire Catalina Sky Survey (Université de l’Arizona, États-Unis) est parvenu à repérer l’objet céleste quatre heures avant qu’il pénètre dans l’atmosphère terrestre. Dans la foulée, il a prévenu le Minor Planet Center, responsable de la détection des astéroïdes.

Une estimation parfaite

Les scientifiques ont travaillé de concert pour identifier précisément l’heure et la localisation du point d’impact. Comme ils l’avaient prédit, l’astéroïde s’est écrasé à 3h30 dans une zone située entre le lac Érié et le lac Ontario, près de la frontière entre le Canada et les États-Unis.

« Exactement à l’heure prévue, l’astéroïde est rentré dans l’atmosphère, et est devenu une boule de feu brillante dans le ciel, juste au-dessus de l’endroit annoncé », s’est félicité l’ESA. La roche d’un diamètre d’un mètre n’a fait aucun dégât.



La science progresse

Un peu plus tôt dans l’année, le 11 mars, un astronome hongrois avait déjà prédit la chute d’un astéroïde en Islande. Cependant, ce calcul est loin d’être banal : c’est seulement la sixième fois dans l’Histoire que le monde scientifique arrive à anticiper le lieu et l’heure de l’impact d’un objet céleste.

« La détection, l’avertissement et les observations avancées de cet astéroïde illustrent notre capacité croissante à avertir des impacts d’astéroïdes, aussi petits soient-ils », a souligné l’ESA.