Une fusée Soyouz décolle vers l’ISS avec un Américain et deux Russes à bord

PAIX SPATIALE Cette mission représente un rare exemple de coopération entre Moscou et Washington, alors que leurs relations sont au plus bas

20 Minutes avec AFP
La structure de service est mise en place autour de la fusée Soyouz, le dimanche 18 septembre 2022, sur le site 31 du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan.
La structure de service est mise en place autour de la fusée Soyouz, le dimanche 18 septembre 2022, sur le site 31 du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan. — Victor Zelentsov/UPI/Shutterstock

La paix en orbite et les conflits au sol… En pleines tensions liées à la guerre en Ukraine, une fusée Soyouz a décollé ce mercredi à destination de la Station spatiale internationale (ISS) depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan avec un Américain et deux Russes à son bord. « La stabilité est bonne (…), l’équipage se sent bien », a déclaré un commentateur de la Nasa après le décollage, retransmis en direct conjointement sur les sites des agences spatiales américaine et russe.

La fusée russe a décollé à l’heure prévue à 15h54 (heure française) depuis les steppes du Kazakhstan, s’envolant dans une traînée de feu dans un ciel assombri, selon les images. Cette mission de l’Américain Frank Rubio de la Nasa et des Russes Sergueï Prokopiev et Dmitri Peteline de l’agence spatiale russe Roscosmos représente un rare exemple de coopération entre Moscou et Washington, alors que leurs relations sont au plus bas.

Un équipage international

Frank Rubio est le premier astronaute américain à se rendre sur l’ISS à bord d’une fusée russe depuis le début de l’invasion russe en Ukraine lancée le 24 février dernier. L’équipage doit passer six mois à bord de l’ISS, où ils retrouveront les cosmonautes russes Oleg Artemiev, Denis Matveïev et Sergueï Korsakov, les astronautes américains Bob Hines, Kjell Lindgren et Jessica Watkins, ainsi que la spationaute italienne Samantha Cristoforetti.

Il s’agit du premier vol de Frank Rubio et de Dmitri Peteline, et du deuxième de Sergueï Prokopiev. L’amarrage au segment russe de l’ISS est prévu après un voyage de trois heures du Soyouz.