James Webb : Le télescope révèle de nouveaux détails de la nébuleuse de la Tarentule

Espace La nébuleuse de la Tarentule est située à 161.000 années-lumière et abrite les étoiles les plus chaudes et massives connues

20 Minutes avec AFP
Une image de la nébuleuse de la Tarentule envoyée par James Webb et dévoilée par la Nasa le 6 septembre 2022.
Une image de la nébuleuse de la Tarentule envoyée par James Webb et dévoilée par la Nasa le 6 septembre 2022. — AFP

Les images envoyées par James Webb se succèdent et il est difficile de s’en lasser tant elles sont magnifiques. Le télescope spatial a dévoilé mardi des clichés de la nébuleuse de la Tarentule, une région du cosmos où les étoiles naissent à un rythme effréné, qui vont permettre d’approfondir la connaissance scientifique sur la formation stellaire.

Surnommée ainsi en raison de la forme de ses nuages de gaz et de poussière, cette nébuleuse est située à 161.000 années-lumière « seulement », explique la Nasa. Elle est la région de formation d’étoiles la plus grande et lumineuse de tout le groupe de galaxies situées non loin de la nôtre, et abrite les étoiles les plus chaudes et massives connues.

Des étoiles dévoilées

Bien que cette nébuleuse soit donc depuis longtemps une cible de choix pour les scientifiques étudiant le processus de formation des étoiles, ces images permettent d’en révéler de nouveaux détails, dont des milliers de jeunes étoiles jusqu’ici invisibles aux yeux des précédents télescopes. Plusieurs instruments scientifiques embarqués par James Webb ont été utilisés pour capturer des images de la nébuleuse, à différentes longueurs d’ondes.


Au centre de l’image prise par l’instrument NIRCam, qui opère dans l’infrarouge proche, se trouve un amas de jeunes étoiles bleues très brillantes. Un autre instrument, NIRSpec, a lui permis de distinguer une étoile tout juste en train d’émerger de son pilier de poussière, tout en maintenant un nuage autour d’elle - une étape de sa formation qui n’aurait pas pu être observée sans les incroyables capacités de James Webb. Les chercheurs pensaient jusqu’ici que cette étoile était en réalité plus vieille, et à un stade plus avancé.

Retour vers un « jeune » cosmos

« Les régions de formation d’étoiles au sein de notre Voie lactée ne produisent pas d’étoiles au même rythme effréné que la nébuleuse de la Tarentule, et ont des compositions chimiques différentes », précise la Nasa. Sa composition chimique à elle intéresse ainsi grandement les chercheurs, car elle est similaire à des régions où se formaient les étoiles lorsque le cosmos n’était âgé que de seulement quelques milliards d’années, au moment où la création d’étoiles était la plus importante.

Lancé en décembre dernier dans l’espace et pleinement opérationnel depuis quelques mois seulement, le télescope James Webb mène ses observations à 1,5 million de kilomètres de la Terre. Selon l’agence spatiale américaine, ce bijou d’ingénierie « ne fait que commencer à réécrire l’histoire de la création stellaire ».