En général, les chimpanzés mâles ne se préoccupent pas de leur progéniture.
En général, les chimpanzés mâles ne se préoccupent pas de leur progéniture. — R. GRIFFITH / AP / SIPA

Sciences

Ils singent l'instinct maternel

Freddy et Porthos sont de braves bêtes. Ces deux chimpanzés, qui vivent dans le parc national de Taï en Côte d'Ivoire, ont adopté des petits dont les mères étaient mortes accidentellement. Pendant plus d'un an et demi, les deux mâles les ont transpor...

Freddy et Porthos sont de braves bêtes. Ces deux chimpanzés, qui vivent dans le parc national de Taï en Côte d'Ivoire, ont adopté des petits dont les mères étaient mortes accidentellement. Pendant plus d'un an et demi, les deux mâles les ont transportés sur leurs dos pendant les déplacements quotidiens, partagé avec eux leur nourriture et les ont protégé des dangers de la forêt.

Cette adoption en bonne et due forme ne cesse d'intriguer les chercheurs. En général, les mâles chimpanzés ne se préoccupent pas de leur propre progéni­ture. Depuis vingt-sept ans qu'il observe les singes de Taï, le chercheur allemand Christophe Boesch a ainsi pu observer 18 adoptions, 8 par des femelles, 10 par des mâles. La seule explication est que cet altruisme serait en réalité intéressé. Les groupes de chimpanzés ont, en effet, besoin d'être nombreux pour pouvoir lutter contre les guépards, leurs principaux prédateurs. W

Retrouvez l'intégralité des sujets présentés dans Sciences et Avenir du mois de mars.