Les gentils garçons ont plus de succès auprès des filles que les bad boys

SCIENCE Une phrase qui plait: «je suis volontaire à la banque alimentaire»...

M. L.
— 
Une jeune fille et un jeune homme qui travaillent dans une bibliothèque.
Une jeune fille et un jeune homme qui travaillent dans une bibliothèque. — PureStock/SIPA

Pour draguer, mieux vaut-il être un bad-boy ou un brave gars? Cette question stratégique, qui taraude les garçons dès leur plus jeune âge, fait débat. Des bruits courent selon lesquels l’homme poilu, macho, tatoué, de cuir vêtu, qui dit des gros mots et qui fait plein de bêtises, ca plaît aux filles. Mais halte aux préjugés! Selon une étude scientifique publiée dans le British Journal of Psychology, leurs pires ennemis, ces gentils et généraux garçons, ont bien plus de succès qu’eux auprès de la gente féminine.

Menée par le docteur Pat Barclay, cette enquête dévoile les qualités font tomber les filles: la bonté, l’altruisme et la générosité. Sans oublier l’aspect physique, parce que gentil mais moche, c’est non. Un engagement dans une oeuvre caritative, par exemple, les font rêver. Considérés comme «plus séduisant», ces hommes sont de meilleurs candidats au mariage, ou à une nuit d’amour sans lendemain, selon affinité.

Brave gars

Les chercheurs sont arrivés à ces conclusions après avoir réalisé une expérience sur 150 étudiantes de Mc Master University (Ontario, Canada). Le principe est simple: on leur montre des petites annonces de rencontre, avec photo et profil du monsieur. La brève bio sous le portrait est ensuite modifiée et présentée à deux jeunes filles différentes. Ainsi, lorsqu’une même photo est légendée par «Bob, jouant de la guitare dans un hôpital pour enfants», ou par «Bob, jouant de la guitare dans un local», le verdict est sans appel: les femmes sont charmées par le «gentil garçon».

Mais pas d’inquiétude, il n’est pas nécessaire d’être l’Abbé Pierre pour plaire. «Des signes d’altruisme, même modestes, font la différence», explique le docteur Barclay. «J’aime aider les gens», «je suis volontaire à la banque alimentaire», voici les phrases que les femmes aiment entendre, explique-t-il.

Bad boy

D’autres études ont cependant montré que les «bad boys» ont plus de succès, les femmes les considérants comme des «héros qui aiment prendre des risques». Peut être que la clé du succès, c'est de trouver un bon équilibre... et une bonne dose de mensonges.