Et si on recyclait le CO2 en essence?

SCIENCES Des chercheurs ont mis au point un prototype qui inverse la réaction de combustion...

Philippe Berry

— 

Une centrale thermique en République Tchèque
Une centrale thermique en République Tchèque — REUTERS/P.J.SNR
De notre correspondant à Los Angeles

Alors que les solutions pour séquestrer le CO2 émis restent limitées, des scientifiques planchent sur une autre approche: son recyclage en carburant. La Technology Review du MIT présente des résultats prometteurs d'une équipe du Sandia National Laboratories.
 
La réaction chimique en elle-même avait déjà été réalisée en laboratoire. Mais les chercheurs ont testé avec succès un prototype de taille plus respectable. Baptisée CR5 (pour Counter-Rotating-Ring Receiver Reactor Recuperator), la machine permet de transformer du dioxyde de carbone en monoxyde de carbone. Ce dernier, mélangé à de l'hydrogène, peut ensuite être transformé en combustible liquide pour voiture ou même pour avion.
 
Dans le détail, une chambre contenant de l'oxyde ferrique est portée à 1.500°C grâce à de l'énergie solaire concentrée, libérant au passage un atome d'oxygène. Du CO2 est ensuite envoyé dans une autre chambre. En refroidissant, l'oxyde ferrique, orphelin de son atome d'oxygène, en «pique» un au CO2 qui devient alors du CO, ou monoxyde de carbone.
 
Pour et contre
 
Pour l'instant, la machine ne fonctionne qu'avec du CO2 concentré. Cela signifie que les seules sources ne peuvent être que les rejets des centrales thermiques, et pas directement l'air pollué. Les scientifiques estiment qu'il faudra une quinzaine d'années avant que l'efficacité soit suffisamment intéressante pour une application grandeur nature.
 
Le principal avantage de cette méthode est qu'elle n'utilise que de l'énergie solaire. Et elle permet de recycler une partie du dioxyde de carbone (dont le rejet dans l'air, selon le dernier livre d'Al Gore, est responsable pour plus de 40% du réchauffement climatique). Certes, du CO2 est malgré tout rejetté une fois le carburant brûlé par des voitures ou des avions. Mais il l'aurait été de toute façon, simplement avec du carburant fabriqué à partir de pétrole.
 
Le principal problème de cette méthode, c'est qu'elle n'encourage pas vraiment à changer nos comportements pour adopter des énergies alternatives. Pour certains, il vaut mieux investir pour produire directement de l'électricité depuis l'énergie solaire, sans rejet de CO2, pour alimenter des voitures électriques. Mais alors que nous allons rester dépendants du moteur à combustion pour pas mal d'années –ne serait-ce que pour le trafic aérien– le recyclage du C02 en combustible pourrait constituer une partie de la solution, selon certains scientifiques.