ni singe ni homme, « Ardi » révèle enfin tous ses secrets

— 

Encore raté ! En découvrant Ardipithecus ramidus

, un fossile vieux de 4 à 5 millions d'années en 1992 en Ethiopie, les chercheurs pensaient tenir l'ancêtre des humains, ou celui des grands singes, voire le « must » pour un paléontologue : l'ancêtre commun aux deux lignées !

Mais après dix-sept ans d'analyse, ils déchantent. Ni homme ni singe, « Ardi » appartient à un genre voisin des australopithèques comme Lucy (un million d'années plus vieux tout de même), et n'aurait pas laissé de descendance. Son squelette - le plus ancien découvert pour un hominidé - livre un portrait-robot inattendu des créatures qui crapahutaient dans les forêts de l'est de l'Afrique.

Mesurant 1,20 m pour 50 kilos, « Ardi » avait une cervelle de 350 cm3, comparable à celle d'un bonobo actuel, un museau pas trop marqué et des pieds aux pouces opposables pour se déplacer dans les arbres. S'il marchait au sol, ses pieds plats l'empêchaient de courir. Enfin, ses petites dents à l'émail mince sug­gèrent qu'il mangeait de tout. W

R. M.