Les scientifiques ont trouvé le meilleur moyen de calmer les pleurs d’un bébé qui refuse de s’endormir

COMPTER LES MOUTONS Si votre bébé pleure, les scientifiques recommandent de marcher cinq minutes avec lui dans les bras puis de le garder sur soi encore un peu avant de le reposer dans son lit

20 Minutes avec agences
Illustration d'un bébé.
Illustration d'un bébé. — Pixabay

Vous êtes parents et vous ne savez pas quoi faire pour calmer les pleurs de votre bébé ? Des chercheurs pourraient être vos sauveurs en déterminant scientifiquement laquelle de quatre méthodes communément utilisées se révèle la plus efficace pour apaiser un nourrisson qui ne veut pas dormir.

Selon leur étude publiée mardi dans la revue Current Biology, marcher cinq minutes en portant un bébé dans ses bras peut faire des merveilles. Mais avant de reposer l’enfant dans son lit, les scientifiques recommandent de le garder immobile avec soi pour cinq à huit minutes supplémentaires.

Faire baisser le rythme cardiaque

L’équipe de chercheurs avait par le passé étudié un mécanisme similaire chez les animaux : lorsque les petits (chiens, singes…) doivent être transportés, par exemple pour échapper à une menace, leur rythme cardiaque tend à baisser et ils deviennent plus dociles. Pour comparer une éventuelle réaction similaire chez les humains, les scientifiques ont étudié 21 bébés entre zéro et sept mois, avec leur mère.

Quatre techniques ont été analysées : porter le nourrisson en marchant, le porter en étant assis, l’allonger dans un lit, ou l’allonger dans un berceau en mouvement. Lorsque les bébés étaient portés en marchant, leur rythme cardiaque baissait dans les 30 secondes, tout comme dans un berceau se balançant. Mais pas lorsqu’ils restaient immobiles.

Garder bébé sur soi une fois endormi

Tous les enfants qui étaient promenés dans les bras ont tous arrêté de pleurer après cinq minutes. Et près de la moitié d’entre eux s’est endormie. Mais une fois reposés dans leur lit, les bébés avaient tendance à se réveiller, dans les 20 secondes pour plus d’un tiers d’entre eux. Et la façon dont ils étaient déposés - posture ou délicatesse des mouvements - n’avait aucun impact sur cet effet.

La solution selon les scientifiques : prolonger la durée durant laquelle le bébé est endormi avant de le reposer, en s’asseyant et le gardant contre soi durant cinq à huit minutes après la marche. Cette période correspond peu ou prou à la durée de la première phase du sommeil, alors encore léger, note l’étude.