SpaceX : Des débris d’un vaisseau cargo Crew Dragon se sont écrasés en Australie

ESPACE L’une des pièces tombées a été décrite comme un « obélisque venu de l’espace »

20 Minutes avec agence
Le vaisseau Dragon avait décollé en novembre 2020. Photo d'illustration.
Le vaisseau Dragon avait décollé en novembre 2020. Photo d'illustration. — Joe Marino/UPI/Shutterstock/SIPA

Deux fermiers ont retrouvé des débris spatiaux sur leurs propriétés situées dans les Snowy Mountains, dans le sud-est de l’Australie, le 9 juillet dernier. Une visite des experts techniques de l’agence spatiale australienne (ASA) le 30 juillet a confirmé qu’il s’agirait de fragments du vaisseau cargo spatial de SpaceX, Crew Dragon. Celui-ci avait effectué son tout premier vol habité, en novembre 2020, rapporte The Guardian.


Brad Tucker, un astrophysicien de l’Université nationale australienne, avait déjà indiqué quelques jours plus tôt à l’agence que la chute de ces débris coïncidait avec le retour dans l’atmosphère de ce vaisseau de SpaceX. Il s’était ensuite rendu sur place afin d’identifier ces objets impressionnants par leur taille. « C’est presque comme un obélisque venu de l’espace », a-t-il commenté. Le numéro de série inscrit sur l’une de ces pièces a facilité leur identification.

La réaction de SpaceX attendue

Les observateurs s’interrogent désormais sur la réponse de l’entreprise d’Elon Musk, qui n’a pas encore officiellement réagi. D’après Brad Tucker, des discussions vont prochainement avoir lieu afin de savoir si SpaceX va venir récupérer les morceaux de vaisseau. D’autres objets issus de ce lancement pourraient bientôt retomber sur Terre, générant eux aussi beaucoup d’interrogations. « Si ça avait atterri sur votre maison, ça aurait fait beaucoup de dégâts », a ainsi estimé l’un des deux agriculteurs australiens.

Le risque que des débris spatiaux blessent ou tuent des êtres humains reste toutefois très faible. Une étude publiée le 11 juillet dernier dans Nature Astronomy a ainsi calculé qu’il y a entre 6 et 10 % de chances qu’un humain meure de la chute d’un débris spatial dans les dix prochaines années. Leur accumulation dans l’orbite de la Terre augmente néanmoins fortement le risque de collisions avec les stations spatiales et les satellites.