République dominicaine : Une guêpe et une fleur vieilles de 30 millions d’années découvertes piégées dans de l’ambre

NATURE Un fragment d’ambre découvert en République dominicaine renferme un véritable microcosme écologique

20 Minutes avec agence
Illustration d'une fleur.
Illustration d'une fleur. — christels / Pixabay

Un fragment d’ambre a révélé ses secrets aux scientifiques. Une découverte inattendue, réalisée en République dominicaine. À l’intérieur de la résine fossile se cachaient une plante à fleurs d’espèce inconnue ainsi qu’une guêpe parasite, faisant également partie d’une nouvelle espèce, rapporte Science Alert, qui rapporte une information de la revue Historical Biology.

La plante serait une petite fleur femelle, avec une longue tige. Elle ferait partie des Euphorbiacées, qui comprennent 300 genres différents. Il s’agit du premier fossile jamais répertorié. Nommée Plukenatia minima, cette espèce a un âge estimé à 30 millions d’années.


Une guêpe agressive

En plus, le fragment d’ambre renfermait une guêpe et une larve de mouche en développement. Nommée Hambletonia dominicana, la guêpe parasite avait déjà été étudiée en 2020. De la famille des Encyrtidae, il s’agirait d’une espèce particulièrement redoutable et agressive.

Un microcosme écologique se trouvait en réalité au milieu de ce fragment d’ambre. Selon les scientifiques, la guêpe pourrait avoir joué le rôle de pollinisateurs pour cette plante fossilisée, comme c’est le cas aujourd’hui avec plusieurs de ses espèces modernes. L’insecte aurait aussi pu se servir de la plante pour déposer un œuf qui, une fois éclos, aurait pu se nourrir de la larve de mouche. Un cercle vertueux de plusieurs millions d’années donc.