Réchauffement climatique : La vigne envoyée dans l’espace sera-t-elle plus résistante à la chaleur et aux maladies ?

EXPERIENCE Les premiers résultats des tests menés sur la vigne de retour de la station spatiale internationale, sont « enthousiasmants » assure le président-fondateur de la start-up Space Cargo Unlimited, Nicolas Gaume

Mickaël Bosredon
— 
Les plants de vigne envoyés sur la station spatiale internationale ont été replantés en serre
Les plants de vigne envoyés sur la station spatiale internationale ont été replantés en serre — Space Cargo Unlimited
  • 320 plants de vigne ont été envoyés sur la station spatiale internationale, dans l’espoir qu’ils développent de nouvelles propriétés en l’absence de gravité.
  • Une fois replantées en serre, « nous avons pu observer que nos plantes spatiales se développent beaucoup plus rapidement que celles restées sur Terre, et qu’elles mettent en place des réponses adaptées face aux agressions extérieures » assure le patron de la start-up qui mène l’expérimentation.
  • Un nouveau cycle de plantation sera toutefois nécessaire pour arriver à des conclusions définitives.

Face au réchauffement climatique, qui promet à la Nouvelle-Aquitaine de connaître dans quelques années le climat de Séville, la vigne se trouve particulièrement exposée. Des changements ont déjà été observés, comme une floraison et une période de récolte plus précoces, une augmentation du degré alcoolique… Les programmes de recherche et les expérimentations se multiplient pour tenter de trouver une réponse adaptée.

La palme du programme le plus innovant, et peut-être le plus coûteux, revient sans conteste à la start-up Space Cargo Unlimited, qui tente ni plus ni moins d’aller chercher la solution… dans l’espace. Avec sa mission Wise, la start-up bordelaise a en effet envoyé des plants de vigne sur la station spatiale internationale, pour tenter de créer une nouvelle variété qui serait plus résistante au phénomène du réchauffement climatique, ou aux maladies.

Des plantes qui se développent plus rapidement

Un an et demi après le retour sur Terre de ces plants, les premiers résultats de cette expérience sont « enthousiasmants » confie Nicolas Gaume, patron de Space Cargo Unlimited. La mission Wise avait envoyé, en novembre 2019 puis en mars 2020, 12 bouteilles de petrus millésime 2000, puis 320 plants de vigne - 50 % merlot et 50 % cabernet sauvignon - sur l’ISS. Les cargaisons avaient été récupérées en janvier 2021, puis les 320 plants de vigne avaient été replantés en serre, afin de comparer leur croissance avec 320 autres plants de vigne restés sur Terre.

Un an et demi après, les 320 plants ont grandi, permettant une nouvelle campagne de plantation début 2022 qui a donné naissance « à des milliers de plants ». Concrètement, « nous avons pu observer que nos plantes spatiales se développent beaucoup plus rapidement que celles restées sur terre, et qu’elles mettent en place des réponses adaptées face aux agressions extérieures. »

L’absence de gravité crée un stress considérable sur les plantes

Exemple avec le mildiou, « maladie que l’on ne sait pas traiter, hormis avec la bouillie bordelaise qui n’est pas idéale », rappelle Nicolas Gaume. « Nous avons exposé les feuilles de nos plantes à cette maladie, résultat : 100 % des plants de vigne terrestres sont morts, alors que la grande majorité des plants spatiaux a survécu. Nous avons ensuite sélectionné les plants qui ont survécu, que l’on a replantés pour voir comment ils vont évoluer. » Détail important : « les caractéristiques acquises par les plants de l’espace sont définitives : c’est comme quand on crée une nouvelle variété de rose en bouturant plusieurs roses. »

Comment expliquer cette différence ? Par la gravité, ou plutôt l’absence de gravité. L’idée de la mission Wise était effectivement d’exposer les plants de vigne à un moment précis de leur développement, c’est-à-dire jeunes, à cet environnement spatial très particulier, puisque privé de gravité.

« Quand on enlève un élément aussi essentiel à la vie que la gravité, cela crée un stress considérable sur les organismes vivants, ce qui amène la nature à trouver des stratégies d’ajustement, explique Nicolas Gaume. La plante trouve des mécanismes de réponse naturelle pour survivre, et gagne en capacité d’adaptation face à des stress moindres mais qui sont néanmoins calamiteux, comme le stress hydrique ou de température, ou face aux pathogènes comme le mildiou. »

Créer des vignes « plus résistantes aux maladies et au changement climatique »

La start-up Space Cargo Unlimited indique par ailleurs que, « par rapport aux plantes témoins restées sur Terre, des analyses génétiques plus poussées sur des sarments de vigne spatiale montrent des changements sur plus de 90 gènes liés au métabolisme de base, et aux réponses de défense des sarments de vigne spatiale sur les feuilles de Merlot. » Space Cargo Unlimited attend désormais la confirmation de ces découvertes lors de replantage en extérieur.

Ces premiers résultats viennent donc conforter l’objectif de la mission Wise qui est de créer des vignes « plus résistantes aux maladies et au changement climatique » avec notamment des plantes moins gourmandes en eau. « Nous restons cependant prudents, nous ne sommes qu’à la moitié de notre expérimentation et nous allons devoir attendre d’aller au bout du cycle » prévient Nicolas Gaume.

Un nouveau cycle de plantation sera en effet nécessaire pour arriver à des conclusions définitives. « Par exemple, nous avons testé le mildiou sur les feuilles des plantes mais pas sur les racines, ce que l’on va faire cet été, pour aller plus loin dans l’expérimentation. »

Il faut maintenant « s’assurer des qualités gustatives du raisin »

Il faudra aussi s'assurer des qualités gustatives des raisins donnés par ces cépages merlot et cabernet sauvignon, les plus utilisés dans le bordelais, quand le réchauffement fait peser la menace de devoir utiliser d'autres cépages. « Nous attendons d’avoir des raisins en quantité suffisante, poursuit Nicolas Gaume, et nous pensons que ce ne sera pas le cas cette année pour effectuer une vinification, c’est pour cela que l’on replantera l’année prochaine pour s’assurer qu’il est propre à la production de vin avec toutes les garanties sanitaires, qui sont notre obsession. »

Toutes ces expériences « sont très encadrées, dans des laboratoires certifiés et des serres sous contrôle », insiste encore le patron de Space Cargo Unlimited. La start-up a un partenariat notamment avec l’ISVV, l’Institut des sciences de la vigne et du vin basé à Villenave-d’Ornon dans la banlieue de Bordeaux, « l’un des plus grands laboratoires de recherche sur la vigne et le vin dans le monde. »

Un autre partenariat, qui sera déterminant pour la suite du projet, est celui signé avec le groupe Mercier, « le plus grand pépiniériste viticole qui fournit la plupart des grands châteaux » souligne Nicolas Gaume. Car c’est grâce à lui que « nous espérons proposer nos plants de vigne plus résistants aux vignerons. »