Mars : Une incroyable éclipse solaire immortalisée par le rover Perseverance

ESPACE Le rover a capté le bref passage de la petite lune Phobos devant le Soleil

20 Minutes avec agence
Le rover Perseverance se trouvait dans la zone du cratère martien Jezero lorsqu'il a capturé les images de l'éclipse. Photo d'illustration.
Le rover Perseverance se trouvait dans la zone du cratère martien Jezero lorsqu'il a capturé les images de l'éclipse. Photo d'illustration. — Nasa - Sipa

Une tache noire, comme une patate en ombre chinoise traversant le soleil. Un phénomène comme on n’en voit pas sur Terre et pour cause, il s’agit d’un phénomène observé depuis Mars. Le 2 avril dernier, le rover Perseverance a été témoin d’une éclipse du Soleil par Phobos, une des deux lunes de la planète rouge, rapporte Futura Sciences.


Il s’agit d’une éclipse partielle. L’astre solaire n’est pas complètement recouvert car Phobos ne mesure que 27 kilomètres de diamètre. Le satellite martien passe devant le Soleil pendant un temps extrêmement court. S’il faut attendre environ deux heures sur Terre pour voir la Lune passer devant le Soleil, Phobos boucle sa course en « un peu plus de 40 secondes », précise la NASA sur son site internet.

Une qualité inédite

Les images ont été captées par le rover Perseverance qui se trouvait dans la région du cratère Jezero. Elles sont d’une qualité inégalée. La Nasa a précisé que si d’autres appareils avaient déjà immortalisé des éclipses sur Mars, jamais l’image n’avait été autant zoomée, en haute résolution, avec des détails. « Je savais que ça allait être bien, mais je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi incroyable », s’est félicitée Rachel Howson, qui appartient à l’équipe en charge du véhicule tout-terrain.

Les petites lunes de Mars, Phobos et Deimos, tirent leurs noms respectivement de la peur et de la Terreur dans les mythes grecs. Elles intéressent les scientifiques qui tentent de comprendre leur rôle sur la planète rouge. Phobos qui fait sa révolution autour de Mars à 6.000 km d’altitude seulement, devrait finir par s’écraser sur la planète, mais pas avant 50 millions d’années.