Cet outil peut analyser les cris des porcs pour savoir quelle émotion ils ressentent

ANIMAUX L’outil pourrait aider les éleveurs à évaluer la santé mentale de leurs bêtes

20 Minutes avec agences
— 
Ecoutez ce que les cochons ont à vous dire. (illustration)
Ecoutez ce que les cochons ont à vous dire. (illustration) — Nick Saltmarsh / Flickr CC BY 2.0

Etre plus à l’écoute des cochons. Dans un souci de bien-être animal, des chercheurs européens ont mis au point un outil permettant de décoder les sentiments exprimés par les porcs à travers leurs divers grognements.

Des biologistes de plusieurs pays ont étudié plus de 7.000 enregistrements de 411 cochons, du couinement bref de satisfaction de la tétée aux cris désespérés à l’abattage. Tous ces sons ont été classés en 19 catégories différentes. « Nous montrons qu’il est possible de déterminer les émotions des cochons selon leurs vocalisations », a résumé la responsable du projet, Elodie Briefer.

Un outil pour aider les éleveurs ?

Une étude sur le sujet a été publiée dans la revue Nature. Ces résultats offrent une nouvelle piste pour améliorer le bien-être animal. « Nous utilisons également un algorithme d’apprentissage automatique qui produit un spectrogramme et s’entraîne à reconnaître les contextes négatifs et positifs », précise Elodie Briefer.

Une fois développé, ce type d’outil pourrait permettre aux éleveurs de s’assurer du bien-être de leurs bêtes. « Si le pourcentage de sons négatifs augmente, alors l’éleveur sait que quelque chose ne va probablement pas et peut aller vérifier les porcs », explique la chercheuse danoise.

Des bruits courts pour les émotions positives

Pour le Conseil de l’Agriculture du Danemark (où sont élevés 13,2 millions de porcs), les implications de l’étude sont prometteuses. Cet outil pourrait améliorer « le travail de surveillance de la santé et du bien-être des cochons », estime Trine Vig, une porte-parole du Conseil.

Selon l’étude, les sentiments positifs s’expriment par des sons courts et les pensées négatives sont souvent extériorisées longuement. Les chercheurs se sont intéressés au cochon (plutôt qu’au veau ou au lapin) car cet animal est connu pour ses couinements et bruits variés et était donc l’étalon parfait.