Questions d’enfants : « Est-ce qu’un nuage peut " tomber " du ciel ? », se demande Léa (6 ans)

ATMOSPHÈRE Découvrez, chaque jour, une analyse de notre partenaire The Conversation. Aujourd’hui, un chercheur explique à une enfant un principe météorologique basique

20 Minutes avec The Conversation
Les nuages sont en perpétuelle transformation
Les nuages sont en perpétuelle transformation — PxHere CC0
  • Le fait que les nuages apparaissent ou disparaissent est lié à la température de l’air, selon notre partenaire The Conversation.
  • Même s’ils paraissent parfois immobiles, les nuages sont souvent en perpétuelle transformation : ils se forment et se dissipent sans cesse.
  • L’analyse de ce phénomène a été menée par Brice Boudevillain, hydro-météorologue à l’Institut des Géosciences de l’Environnement de l’Université Grenoble Alpes (UGA).

Pour répondre à ta question, il faut d’abord savoir ce que sont les nuages : ils apparaissent là où l’air contient suffisamment de  vapeur d’eau (un gaz invisible qui se forme quand l’eau s’évapore, comme quand on fait chauffer l’eau pour faire  cuire des pâtes) et qu’il est suffisamment froid. Alors, la vapeur d’eau se transforme (elle se condense) en fines gouttelettes ou en toutes petites particules de glace que nous pouvons alors voir.

VIDÉO : « D’où viennent les nuages ? » (C’est pas sorcier / Youtube)

Prenons l’exemple du brouillard qui est un nuage : il se forme lorsque l’air est très humide (c’est-à-dire qu’il contient beaucoup de vapeur d’eau) et qu’il s’est assez refroidi (comme c’est souvent le cas en fin de nuit ou début de matinée).
Inversement, les nuages disparaissent (en réalité, ils s’évaporent) lorsque la quantité de vapeur d’eau diminue ou qu’il fait un peu plus chaud. Si on reprend l’exemple du brouillard, ce dernier se dissipe en général au cours de la matinée dès que la température de l’air a assez remonté.

Différentes formes de nuages © Vectoro Artworks / Vecteezy.com

Dans un nuage, les gouttelettes et les particules de glace sont tellement petites qu’elles restent comme en suspension dans l’air, se déplaçant au gré des vents. En réalité, elles tombent très doucement mais elles s’évaporent aussitôt qu’elles se retrouvent dans un air moins humide ou plus chaud.
Et lorsque, au contraire, de la vapeur d’eau est transportée par le vent vers des endroits plus froids et déjà très humides, une partie se condense et du nuage se créé. Ainsi les nuages, même s’ils paraissent parfois immobiles, sont souvent en perpétuelle transformation : ils se forment et se dissipent sans cesse.

Enfin parfois, dans les nuages, des gouttelettes arrivent à grossir ou des particules de glace s’assemblent entre elles : Il se forme des gouttes de pluie ou des flocons de neige. Ces particules commencent alors à vraiment tomber. Il ne s’agit plus de nuages mais de ce que l’on appelle des «   précipitations ». Dans ce cas, oui, on peut dire que le nuage « tombe ».

Cette analyse a été rédigée par Brice Boudevillain, hydro-météorologue à l’Institut des Géosciences de l’Environnement de l’Université Grenoble Alpes (UGA).
L’article original a été publié sur le site de The Conversation.

- © The Conversation