Jeff Bezos financerait un laboratoire qui cherche à rallonger la durée de vie

EXPERIENCE En travaillant sur la reprogrammation biologique des cellules, les chercheurs financés par des milliardaires espèrent pouvoir mieux comprendre et inverser le processus de vieillissement

20 minutes avec agence
Le PDG d'Amazon, Jeff Bezos. (archives)
Le PDG d'Amazon, Jeff Bezos. (archives) — Dennis Van Tine/STAR MAX/IPx/AP/SIPA

Jeff Bezos ferait partie des très riches mécènes qui financent généreusement Altos Labs, un laboratoire californien spécialisé dans la lutte contre les effets du vieillissement. La société de la Silicon Valley peut aussi compter sur le soutien financier du milliardaire russe Yuri Milner, d’après une information du MIT Technology Review, relayée par Capital. La start-up a pour ambition de travailler sur le rajeunissement des cellules via la reprogrammation biologique.

Les avancées des chercheurs pourraient permettre de redonner la jeunesse à des animaux puis, à terme, à des êtres humains. Le rallongement de la durée de vie, voire l’immortalité, fait partie des objectifs affichés par Altos Labs et les autres structures travaillant sur le même sujet. Avec ces moyens financiers importants, le laboratoire a la possibilité d’attirer les sommités scientifiques de la spécialité.

Créer « une grande science »

Il a en effet proposé des salaires difficilement refusables à plusieurs universitaires reconnus. Ces experts se sont aussi vu proposer des financements et une autonomie de décision attractifs. Le but est de leur fournir les meilleures conditions de travail possible pour améliorer la compréhension du processus de vieillissement et, pourquoi pas, réussir à l’inverser.

L’entreprise enregistrée à la fois aux Etats-Unis et au Royaume-Uni entend financer les travaux sans objectifs immédiats de résultats ou de profits. La société cherche avant tout à créer « une grande science ». Deux grands noms de la recherche ont d’ores et déjà rejoint Altos Labs. Il s’agit du biologiste espagnol Juan Carlos Izpisúa Belmonte et du généticien Steve Horvath. Le premier est connu pour avoir réussi le croisement d’embryons d’humains et de singes.

Il a aussi jugé possible le rallongement de l’espérance de vie humaine de 50 ans. Quant au second, il a mis au point une « horloge biologique » permettant de mesurer le vieillissement humain. Shinya Yamanaka, co-lauréat du prix Nobel de médecine en 2012, occupera quant à lui la fonction de scientifique sénior bénévole et dirigera le conseil scientifique du laboratoire.