Un ptérosaure découvert en Australie, il serait « la chose la plus proche d’un véritable dragon »

FOSSILES Depuis l’identification du premier ptérosaure il y a environ 40 ans, une vingtaine de spécimens ont été découverts en Australie

20 minutes avec agence
— 
Fossile: illustration
Fossile: illustration — Del Baston/AP/SIPA

Dans un article paru lundi dans la revue Journal of Vertebrate Paleontology, une équipe de scientifiques a annoncé avoir identifié en Australie une nouvelle espèce de ptérosaure, une créature volante qui vivait probablement il y a 110 millions d’années, au temps des dinosaures. Nommée Thapunngaka Shawi, elle mesure près de sept mètres d’envergure et a une grande mâchoire composée de 40 dents, rapporte The Guardian, relayé par Geo.

« C’est la chose la plus proche que nous ayons d’un véritable dragon », a affirmé Tim Richards, doctorant à l’Université de Queensland et co-auteur de la découverte. Le fossile qui a permis de mettre au jour ces caractéristiques est un morceau de mâchoire inférieure retrouvé en juin 2011 dans le nord-ouest du Queensland.

« C’est assez fantastique que des fossiles de ces animaux existent »

« C’est assez fantastique que des fossiles de ces animaux existent », a ajouté Tim Richards, qui souligne la rareté d’une telle découverte. Depuis l’identification du premier ptérosaure il y a environ 40 ans, seuls une vingtaine de spécimens ont été découverts en Australie. Selon les paléontologues, les cadavres de ces créatures étaient généralement directement gobés par leurs prédateurs, ne laissant pas la possibilité à leurs os de faible épaisseur de se fossiliser.

L’étude de Tim Richards, Paul Stumkat et Steven Salisbury constitue ainsi une avancée majeure dans la compréhension de la diversité de ces créatures retrouvées à différents endroits du globe. La crête osseuse observée sur le fossile laisserait par exemple supposer qu’il s’agirait d’un dispositif lié au vol. Quant aux 40 dents de la mâchoire, cela invite à penser que cette espèce de ptérosaure était carnivore. « Il n’y a jamais rien eu de tel depuis qu’ils se sont éteints. Cela rend passionnante la découverte de nouveaux fossiles de ptérosaures parce que nous ne les connaissons qu’à partir de ça », a conclu Steven Salisbury.