Une IA spécialisée pour répertorier les espèces d’insectes avant leur extinction

RECHERCHE Une IA a été créée pour assister les chercheurs dans la course à l’identification des nouvelles espèces d’insectes

20 Minutes avec agence

— 

Une abeille (illustration)
Une abeille (illustration) — imageBROKER.com/SIPA

Il existe actuellement entre neuf millions et un milliard d’espèces non identifiées par l’Homme, dont 90 % d’espèces d’insectes et d’invertébrés, rapporte Numerama. Une course contre la 6e extinction de masse est ainsi en cours afin de permettre aux chercheurs d’identifier un maximum de ces nouvelles espèces avant leur disparition. Un nouvel outil présenté en mai 2021 pourrait ainsi permettre d’accélérer la cadence.

Le DiversityScanner est un outil assisté par intelligence artificielle permettant de trier les insectes en fonction de la nouveauté de l’espèce. Grâce à un système d’apprentissage automatique et d’analyse des différentes parties des insectes, le robot peut déterminer si l’insecte qu’il analyse est déjà identifié ou non. Il se charge ensuite de séquencer et d’étiqueter leur ADN et de l’associer à une photo du spécimen.

Une pénurie de taxonomistes

Cet outil développé par le centre d’archives BioXRiv du Cold Spring Harbor Laboratory permet donc de faire gagner un temps précieux aux taxonomistes, qui pourront « consacrer leur temps et leur énergie aux spécimens rares et inconnus » d’après Tony Robillard du Muséum National d’Histoire Naturelle.

Cependant, la recherche en la matière est également confrontée à une pénurie de taxonomistes, « des profils rares et peu attrayants », notamment à cause du manque de financements en la matière. « Dire que l’on va découvrir plus qu’il y a 20 ans alors qu’il n’y a personne et surtout pas d’argent investi dans nos recherches… C’est peine perdue », a déploré Jérôme Constant de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique.

En Allemagne, des postes de taxonomistes ont été ouverts pour combler des besoins qui s’annoncent de plus en plus croissants. Les recherches en la matière permettant notamment « d’affiner les politiques de protection de l’environnement ».