La vie sur Terre serait apparue grâce aux éclairs, selon des chercheurs

RECHERCHE Le phosphore libéré par ce phénomène météorologique est un élément essentiel à la structure de base des cellules vivantes

20 Minutes avec agences
— 
Image d'illustration d'un éclair au-dessus d'une ville.
Image d'illustration d'un éclair au-dessus d'une ville. — Pixabay/ Neja5

Les éclairs ont pu procurer suffisamment de phosphore en frappant la Terre pour contribuer à l’émergence de la vie, selon une étude mardi, qui offre un scénario alternatif à celui couramment admis. Le phosphore est un élément essentiel de la vie telle que nous la connaissons, permettant de former les structures de base des cellules et la double hélice de l’ADN et de l’ARN.

Il y a des milliards d’années, l’essentiel du phosphore se trouvait scellé dans des minéraux insolubles de la jeune Terre. Mais l’un de ses minéraux, la schreibersite, est hautement réactif, et peut délivrer du phosphore servant à la formation de molécules organiques.

Des techniques d’imagerie de pointe utilisées

Comme la plupart des schreibersite trouvées sur Terre viennent de météorites, on a souvent lié ces dernières à l’apparition de la vie. Mais on la trouve dans les roches ressemblant à du verre fondu que produisent les éclairs frappant certains sols riches en argile. Des chercheurs américains et britanniques ont utilisé des techniques d’imagerie de pointe pour analyser la quantité de roche que produit un éclair. Ils ont ensuite estimé la quantité de schreibersite qui a pu être produite dans les âges ayant précédé et ayant vu l’apparition de la vie sur Terre, il y a environ 3,5 milliards d’années.

« Les éclairs sur la jeune Terre ont pu produire une quantité significative de phosphore », a déclaré le principal auteur de l’étude, chercheur au Département des sciences de la Terre et des planètes à Yale. Avec ses collègues, il a estimé que les éclairs ont pu produire entre 110 et 11.000 kilos de phosphore par an, selon l’étude publiée dans Nature communications.

En utilisant des simulations du climat aux premiers âges de la Terre, ils ont conclu que les éclairs ont surpassé les chutes de météorites en termes d’apport de phosphore il y a environ 3,5 milliards d’années. Une époque concordant avec celle de l’apparition de la vie. Selon lui, cela ne veut pas dire que les météorites n’ont pas contribué à l’apparition de la vie, mais que « plus il y a de sources, mieux c’est ». Il aimerait maintenant savoir si ces mêmes éclairs ont pu produire du phosphore sur d’autres planètes où les chutes de météorites ont été rares.