Des scientifiques veulent envoyer le sperme de millions d’espèces sur la Lune

SAUVEGARDE Le transport de ces échantillons sur notre satellite nécessiterait 250 voyages

20 Minutes avec agence

— 

La Lune le 28 février 2021.
La Lune le 28 février 2021. — Jack Dredd//SIPA

Des chercheurs ont présenté début mars un projet de stockage de centaines de millions d’échantillons biologiques sur la Lune. Les spécialistes ont imaginé une structure permettant de conserver sur notre satellite les éléments permettant de recréer la vie sur Terre. Cette « arche » moderne abriterait ainsi du sperme, des œufs, des spores, de l’ADN et des graines, indique un communiqué publié le 8 mars.

Les scientifiques de l’université de l’Arizona (Etats-Unis) souhaitent en effet mettre à l’abri de toute catastrophe terrestre majeure les semences des 6,7 millions d’espèces animales et végétales peuplant notre planète. Ils ont expliqué comment ils comptaient s’y prendre lors de la conférence annuelle de l’Institut des ingénieurs électriciens et électroniciens (IEEE) organisée en ligne.

Des échantillons conservés à -180 °C

Les chercheurs ont estimé que les tunnels de lave naturellement présents sur la Lune et découverts en 2013 constituaient un site parfait de stockage. Dans leur présentation relayée sur YouTube, ils ont indiqué que ces cavités offraient « une excellente protection contre les changements de température à la surface de la Lune, les radiations cosmiques et les micrométéorites ».

Les scientifiques en veulent pour preuve l’excellent état de conservation de ces tunnels qui existent pourtant depuis 3 ou 4 milliards d’années. Ces entrepôts naturels présentent également l’avantage de n’être situés qu’à 4 ou 5 jours de la Terre. Les experts américains ont indiqué vouloir conserver les échantillons à une température maximale de -180 °C dans un état de cryocongélation.

Le projet décrit comme « une assurance vie globale et moderne » serait alimenté en énergie par plusieurs panneaux solaires installés sur la Lune. La structure serait équipée de plusieurs ascenseurs et monte-charges. Jekan Thanga, un des responsables de l’étude, a estimé à 250 le nombre de voyages spatiaux nécessaires au transport vers la Lune d’une cinquantaine d’exemplaires de chacune des 6,7 millions d’espèces vivantes terrestres.