Covid-19 : Elon Musk a mesuré les anticorps de plus de 4.000 salariés de SpaceX

PANDEMIE Les chercheurs participant à cette étude ont conclu que l’immunité développée par les personnes contaminées par le Covid-19 dépendait de la gravité de leurs symptômes

20 minutes avec agence

— 

Le milliardaire Elon Musk
Le milliardaire Elon Musk — Britta Pedersen/DPA/Cover Images

Elon Musk a fait appel aux salariés de Space X pour la science, leur demandant en avril 2020 de participer à une étude sur la protection contre le coronavirus fournie par les anticorps. Plus de 4.300 employés de l’entreprise d’exploration spatiale se sont pliés à un test sanguin mensuel et ont ainsi contribué à un vaste programme, rapporte The Verge.

L’importance des symptômes

Les résultats de cette étude ont été publiés le 15 février 2021 dans Nature Communications et tendent à montrer que l’efficacité de l’immunité développée par les personnes ayant souffert du Covid-19 dépend de la gravité de leurs symptômes pendant la maladie. Plus les effets de l’infection ont été graves, meilleure serait la protection contre le virus dont bénéficient par la suite les patients.

Les vaccins entraîneraient néanmoins une immunité supérieure à celle des anciens malades qui avaient présenté peu de symptômes, rapporte aussi l’étude. Les auteurs espèrent que leurs conclusions permettront une meilleure répartition des stocks limités de vaccins au sein de la population. Les recherches n’ont en revanche pas permis d’établir précisément le niveau d’anticorps à partir duquel un sujet est immunisé contre le Covid-19.

Une position controversée

Le protocole d’étude a été mis au point par le directeur médical de Space X et deux médecins américains. 92 % des employés de Space X volontaires étaient cependant des hommes, ce qui est susceptible de biaiser les résultats. Les recherches ont notamment été financées par la Fondation Gates, la Nasa et l’organisme caritatif fondé par Elon Musk.

Le PDG de Space X avait fait appel à ses collaborateurs quelques semaines après leur avoir affirmé dans un e-mail qu’ils avaient plus de risques de mourir dans un accident de voiture que du coronavirus. Bien qu’il se soit montré très virulent contre les mesures sanitaires imposées au début de l’épidémie, il a tenu à ajouter son nom à la liste des 30 coauteurs de l’étude.