Espace : Arianespace a lancé 166 satellites en orbite de la Terre en 2020

TELECOMMUNICATION 2021 sera l’année du tir inaugural du lanceur lourd Ariane 6, dont le premier lancement aurait dû avoir lieu en 2020

20 Minutes avec agences

— 

Photo fournie par Arianespace du lancement le 19 décembre 2013 à Kourou d'une fusée Soyouz
Photo fournie par Arianespace du lancement le 19 décembre 2013 à Kourou d'une fusée Soyouz — Jm Guillon ESA CNES Arianespace

Malgré la pandémie de coronavirus, Arianespace a réalisé en 2020 10 lancements afin de mettre en orbite 166 satellites. Ces chiffres ont été communiqués par la société elle-même ce jeudi.

De 250 grammes à 6,5 tonnes, ces satellites illustrent une tendance du domaine spatial : des centaines sont lancées chaque année pour améliorer les connexions et télécommunications. Ainsi, 103 d’entre eux font partie de la constellation Oneweb, qui vise à fournir de l’Internet à haut débit.

De nombreux clients commerciaux

La société spatiale européenne opère les lanceurs Ariane 5, Vega et Soyouz. En 2020, elle a également mis en orbite sept des dix satellites de télécommunications géostationnaires, positionnés à 36.000 km de la Terre, lancés dans le monde en 2020.

En 2020, 83 des 114 lancements recensés dans le monde étaient consacrés à des clients « institutionnels » (gouvernement, armée, organismes publics). Au contraire, l’activité d’Arianespace comprend 92 % d’une activité consacrée à des clients commerciaux. La société a notamment engrangé sept nouveaux contrats de lancement de satellites géostationnaires.

Lancement d’un télescope pour la Nasa

En 2021, Arianespace devrait signer avec l’Agence spatiale européenne (ESA) et la Commission européenne un accord-cadre pour plusieurs lancements pour Galileo (positionnement par satellite) et pour Copernicus (observation de la Terre). Ce contrat serait de l’ordre d’un milliard d’euros, selon le président exécutif Stéphane Israël.

Arianespace doit également effectuer cette année le premier vol de la fusée Vega C avant le tir inaugural du lanceur lourd Ariane 6. La société ambitionne d’effectuer « au moins un lancement par mois », selon le président exécutif. Mais « LA mission de 2021 » pour lui est le lancement fin octobre par Ariane 5 du télescope spatial James-Webb pour la Nasa, destiné à remplacer Hubble.