Toulouse : Découvrez les (vrais) robots du futur grâce à un étonnant jeu de piste en ligne

ATTENTION OVNI Les scientifiques du CNRS se mettent à la « téléréalité ». Ce mercredi 7 octobre, ils proposent un jeu de piste interactif en ligne avec les robots de leurs labos en guise de fil rouge

Hélène Ménal

— 

Pyrène, le robot humanoïde du Laas.
Pyrène, le robot humanoïde du Laas. — Laas - CNRS
  • Ce mercredi, le CNRS expérimente un jeu d’aventure, en live et en ligne, mettant en vedette ses incroyables robots.
  • Le jeu de piste aura lieu au Laas de Toulouse, le plus vieux labo de robotique de France.
  • Vous devrez guider une youtubeuse dans l’aventure via les réseaux sociaux.

Ils s’appellent Pyrène, Nina, Two Ears ou Pepper. L’un mesure 1,80 et a tout d’un humain, le masque en moins, l’une ressemble à une poupée pas vraiment dans le style princesse, un autre à pas grand-chose.

Le robot Nina permet de décrypter les interactions humains/machines

Cette bande de robots peuple les couloirs du CNRS, en particulier ceux du Laas* à Toulouse, le plus vieux labo de robotique de France. Et vous allez pouvoir jouer avec elle ce mercredi grâce au défi Futurobot, un jeu de piste interactif et 100 % numérique. Stratégiquement diffusé en live à 17 h 30, un moment ou théoriquement toute la famille peut être réunie devant les écrans, y compris le papa fan d’Isaac Asimov, ce jeu est un ovni. « Un mélange de téléréalité et de jeu télévisé », résume Jonathan Rangapanaiken, chef de projet de l’opération. Il a convaincu les chercheurs de se prêter au jeu en direct et de laisser une équipe de tournage poser ses caméras sur les paillasses.

Une aventurière et une « voix off »

Alors, comment va-t-on se mêler de la vie de ces joujoux high-tech ? Par l’intermédiaire de Marie Treibert, la youtubeuse du CNRS. Promis, elle ne sait encore rien de ce qui va lui arriver et elle sera en quelque sorte votre « avatar » sur les lieux. A chaque rencontre, un robot lui lancera un défi. Pour l’aide, il suffira d’utiliser le chat de la chaîne YouTube du CNRS ou un autre de ses réseaux sociaux. Une « voix off » servira d’intermédiaire pour lui prodiguer les conseils des internautes. A chaque défi réussi, elle recevra « une capsule » permettant de continuer l’aventure.

« Nous voulons mettre en histoires le travail du CNRS, proposer de nouvelles manières de parler de la science », explique Jonathan Rangapanaiken. Il reconnaît aussi que certains défis ont été préenregistrés pour cause d’incursion inopinée du Covid-19 dans certains labos. Et l’idée est bien évidemment de poursuivre ce type de jeux, avec des joueurs en chair et en os, « dans un monde revenu à la normale ». Pas tout de suite donc.

* Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes