ISS : L’équipage réveillé en pleine « nuit » pour rechercher l’origine d’une fuite d’air

ESPACE La fuite, signalée au mois d'août, n'avait toujours pas été localisée

20 Minutes avec AFP

— 

L'ISS, prise en photo depuis une capsule Soyouz après son départ de la station, en 2018.
L'ISS, prise en photo depuis une capsule Soyouz après son départ de la station, en 2018. — HO / NASA/Roscosmos / AFP

Dans la nuit de dimanche à lundi, l’équipage la Station spatiale internationale (ISS) a été réveillé par la Nasa pour trouver l’origine d’une fuite d’air, repérée au mois d’août. Elle semblerait venir d’un module russe, a indiqué mardi l’agence spatiale russe Roscosmos.

« Il a été établi que le problème se trouve dans le module de service Zvezda, qui contient des matériels scientifiques », a indiqué la Russie dans un communiqué. L’équipage, les cosmonautes russes Anatoli Ivanichine et Ivan Vagner ainsi que l’astronaute de la Nasa Christopher Cassidy, cherchait l’origine de cette fuite d’air depuis le mois d’août. Les astronautes avaient auparavant cherché en vain la fuite dans la section américaine de la station spatiale à l’aide d’un détecteur à ultrasons.

Dans l’immédiat, la perte d’air n’est « pas dangereuse »

La Nasa a indiqué que la fuite avait semblé s’amplifier dans la nuit de lundi à mardi. C’est pourquoi elle a pris la décision de réveiller tout l’équipage pour en rechercher l’origine. Mais il s’est avéré par la suite que l’impression d’une fuite d’air plus importante avait été causée par un changement de la température.

La fuite, dont l’emplacement exact reste à localiser, « n’est pas dangereuse pour la vie et la santé de l’équipage de l’ISS et n’empêche pas l’ISS de poursuivre les vols habités », a ajouté Roscosmos. Le directeur des vols habités russes, Sergueï Krikaliov, s’est voulu rassurant dans des déclarations à la télévision, indiquant que la station spatiale perdait un peu d’air du fait de son système de purification.

« Ce qui se produit actuellement est plus important que la fuite habituelle, et bien sûr si cela dure longtemps il faudra amener davantage d’air à la station », a-t-il cependant ajouté. En 2018, l’équipage avait découvert un trou dans la paroi d’un vaisseau Soyouz arrimé à l’ISS. L’origine n’en avait pas été révélée.