Des lacs d’eau salée découverts sous la surface de Mars, selon des scientifiques italiens

ESPACE Des scientifiques italiens estiment que l’eau extrêmement froide de ces étendues souterraines reste sous sa forme liquide grâce à sa forte salinité

20 Minutes avec agence

— 

Un satellite de la NASA à proximité de la planète Mars en octobre 2016
Un satellite de la NASA à proximité de la planète Mars en octobre 2016 — NASA/Shutterstock/SIPA

Des chercheurs italiens ont confirmé la présence d’un immense lac souterrain repéré il y a deux ans sur Mars, mais ils ont aussi découvert que cette étendue d’eau sous forme liquide n’était pas seule. Comme ils l’avaient affirmé en août 2018 dans Science grâce aux données radar de la sonde Mars Express, les spécialistes ont pu vérifier que le lac principal s’étend sur une longueur de 20 km et une profondeur de moins d’un mètre. Pour leurs travaux publiés ce lundi dans Nature, les planétologues ont utilisé une nouvelle méthode.

Les experts ont ainsi détecté plusieurs lacs plus petits et séparés par des bandes de terre non immergée. Ces derniers se situent à environ 1,5 km sous la surface de Mars dans une région du pôle Sud de la Planète Rouge, appelée Planum Australe. « Cela signifie qu’il ne s’agit pas d’une découverte classique et isolée mais d’un système. Et ça change les choses », commente Elena Pettinelli, de l’Université Rome 3, co-autrice de l’étude citée par IFL Science.

Davantage de données étudiées

Ces étendues d’eau présentent une température particulièrement basse, évaluée à -68°C. Les planétologues se demandent donc comment l’eau peut demeurer sous sa forme liquide sans une pression suffisante de la glace la recouvrant, comme autour des pôles terrestres. Ils estiment donc que les lacs pourraient présenter une forte concentration de sel, expliquant le phénomène.

Là où ils avaient utilisé vingt-neuf observations différentes du radar en 2018, les chercheurs se sont cette fois-ci appuyés sur 134 données de l’appareil couvrant une surface de 250 par 300 kilomètres. Les Italiens ont par ailleurs appliqué des méthodes habituellement réservées aux lacs glacés souterrains présents en Antarctique et au Groenland.