Loire-Atlantique : La Solitaire du Figaro s’implante dans le département jusqu’en 2026

VOILE C’est officiel depuis ce lundi matin, l’épreuve fêtera chaque grand départ et connaîtra chaque dénouement dans l’un des ports de Loire-Atlantique

David Phelippeau
— 
La Solitaire du Figaro en 2019 entre Nantes et Kinsale en Irlande.
La Solitaire du Figaro en 2019 entre Nantes et Kinsale en Irlande. — Damien MEYER / AFP

La Solitaire du Figaro s’installe de manière durable en Loire-Atlantique. Ce lundi matin, Philippe Grosvalet, président du Département de Loire-Atlantique, et Hervé Favre président d’ OC Sport Pen Duick, société organisatrice de l’épreuve, ont annoncé qu’un accord avait été trouvé jusqu’en 2026 pour que l’épreuve fête chaque grand départ et connaisse chaque dénouement dans l’un des ports du département. Et ce à partir de l’année prochaine.

Entre ces deux étapes, la course de voile gardera son caractère itinérant en rayonnant largement sur l’ensemble des côtes atlantiques, de la mer du Nord au golfe de Gascogne, soit au large des côtes françaises, espagnoles irlandaises et anglaises sur un total d’environ 1.500 à 2.000 milles avec 10 à 14 jours de mer.

Départ en 2019 déjà… à Nantes pour les 50 ans

« De La Solitaire du Figaro naissent des légendes, nous les verrons donc grandir en Loire-Atlantique », se réjouit Philippe Grosvalet. Entre la Solitaire et la Loire-Atlantique, l’histoire d’amour ne date pas d’aujourd’hui. L’édition 2020, qui s’est achevée sur la victoire d’Armel Le Cléac’h dimanche, a connu son épilogue [dernière étape finalement annulée faut de vent] à Saint-Nazaire.

On se souvient aussi que l’année dernière, pour les 50 ans de l’épreuve, le départ avait été donné sous le pont de Saint-Nazaire à Nantes. Autre lien entre cette épreuve et le département : tous les bateaux participant à la Solitaire (Figaro Bénéteau 3) sont construits à Nantes.