Etats-Unis : Le lancement d’une fusée interrompu trois secondes avant son décollage

ESPACE Les raisons qui ont poussé l’United Launch Alliance (ULA) à annuler le lancement de la fusée sont encore floues

20 Minutes avec agence
— 
La fusée Atlas V de United Launch Alliance (ULA) à Cap Canaveral, le 30 juillet 2020.
La fusée Atlas V de United Launch Alliance (ULA) à Cap Canaveral, le 30 juillet 2020. — Romeo Guzman/Cal Sport Media/Sip/SIPA

Le lancement d’une fusée de la société spatiale United Launch Alliance (ULA) a été finalement annulé ce samedi, trois secondes à peine avant l’heure prévue. Aucun détail n’a pour le moment été communiqué sur les raisons de cet échec, rapporte Presse-Citron.

Moins médiatique que certaines autres agences spatiales, à l’image de Space X, l’ULA est une entreprise codétenue par Boeing et qui est en charge de la conception des lanceurs pour l’Etat américain. Le lancement devait être opéré par le lanceur Delta depuis la base de Cap Canaveral.

Une mission qui devait lancer un satellite espion

Alors que le speaker du live sur YouTube avait déjà annoncé le décollage, la fusée Delta IV Heavy n’a jamais décollé. La mission, baptisée NROL44, devait mettre sur orbite un satellite du NRO, l’agence de renseignement américaine en charge des satellites et de l’espionnage spatial.

Mais le décollage n’a pas pu avoir lieu pour des raisons encore inconnues et qui ne seront très certainement jamais communiquées. Cet échec a été vivement critiqué par certains experts, notamment pour l’hésitation de l’ULA à annuler la mission, la décision ayant été prise seulement trois secondes avant le décollage alors que les moteurs avaient déjà eu le temps de s’enflammer.