Brésil : Les larmes des caïmans pourraient nous aider à soigner des maladies oculaires humaines

MEDECINE Le crocodilien à la structure lacrymale hors-norme ne cligne des yeux qu’une fois toutes les deux heures, contre environ 15 fois par minute pour les humains

20 Minutes avec agence
— 
Un caïman, ici en Amazonie. Illustration.
Un caïman, ici en Amazonie. Illustration. — Mary Evans - Sipa

Des scientifiques brésiliens ont étudié les larmes de certains animaux dans le but de soigner certains troubles ophtalmiques humains. Ils se sont penchés sur les sécrétions d’oiseaux et de reptiles, dont celles des caïmans, selon une étude publiée jeudi dans Frontiers in Veterinary Science.

Les chercheurs expliquent que ces crocodiliens hydratent leur cornée d’une façon unique : là où l’homme cligne des yeux près de 15 fois par minute pour étaler ses larmes sur la surface de son œil, le caïman n’effectue ce mouvement que toutes les deux heures. Son œil n’est pour autant pas plus sec. Ses larmes pourraient donc contribuer à mettre au point des traitements contre la sécheresse oculaire et d’autres pathologies, rapporte le New York Times.


Une structure en flocon de neige

Les chercheurs ont comparé les prélèvements effectués pendant plusieurs années sur des crocodiliens, tortues, chouettes et perroquets aux larmes de mammifères comme les humains, les chiens ou les chevaux. Ils ont ainsi constaté que la composition des différents types de larmes étudiées variait en fonction des espèces mais aussi de leur environnement.

Ils ont notamment estimé que les larmes de caïmans pourraient devoir leur longévité en termes d’hydratation à leur structure interne. Une fois sèches, elles laissent en effet des traces de forme comparable à des flocons de neige et formant un maillage bien plus dense et épais que celui observée chez d’autres animaux. « C’est une des plus belles choses qu’on puisse voir », commente Arianne Oriá, auteure principale de l’étude.