Guyane : Toujours pas de lancement pour la fusée Vega, clouée au sol à cause de la météo

5, 4, 3, 2... STOP Avec des « vents défavorables », la météo n’est toujours pas du côté des Européens

20 Minutes avec AFP

— 

Décollage de la fusée Vega à Kourou, le 5 décembre 2016.
Décollage de la fusée Vega à Kourou, le 5 décembre 2016. — Handout / CNES / AFP

Nouvelle déception à Kourou. Dimanche soir, pour la quatrième fois, de mauvaises conditions météo ont entraîné le report du lancement de la mission européenne Vega en  Guyane française, a annoncé Arianespace dans un communiqué. Ce premier lancement européen groupé est pourtant très attendu.

« Les vents en altitude au-dessus du centre spatial guyanais restant défavorables, les opérations de chronologie finale du lancement ont été suspendues » a annoncé par communiqué Arianespace, quelques minutes avant le décompte final du lancement Vega « VV16 ». La mission « VV16 » devait décoller dimanche à 22h51 heure locale depuis le centre spatial de Kourou, en Guyane française, pour un vol groupé de 53 satellites.

Un lancement inédit

Le lanceur Vega et les 53 satellites « sont en configuration stabilisée et en totale sécurité » a ajouté Arianespace, la société qui opère les lancements. « Les prévisions météorologiques ne manifestant pas d’amélioration dans les prochains jours », « un nouveau calendrier d’opérations » sera « défini » a aussi informé Arianespace. D’ici là, « des opérations visant à rétablir le plein potentiel du lanceur, en rechargeant ses batteries » ont été décidées par les équipes au sol a enfin exprimé Arianespace.

Il s’agit du 4e report de cette mission Vega. Initialement prévue le 18 mars 2020, elle avait été suspendue en raison de la crise du coronavirus, puis à cause de mauvaises conditions météo.

Ce programme porté par l’Union européenne et l’Agence spatiale européenne (ESA) est inédit car il s’agit du premier lancement européen de vol groupé (« rideshare »). Ce vol groupé est constitué de sept petits satellites (pesant entre 15 et 150 kg) et de 46 nano-satellites, pour des applications allant de la communication à l’observation de la Terre, en passant par la recherche scientifique. La mission « VV16 » devait marquer le retour de la fusée Vega depuis sa défaillance survenue à l’été 2019, qui avait entraîné sa destruction, par précaution.