SpaceX : La capsule Crew Dragon avec ses deux astronautes à bord s’est amarrée à l’ISS

ESPACE Les deux astronautes ont ensuite fait leur entrée dans la station spatiale internationale

20 Minutes avec AFP

— 

Le décollage de SpaceX depuis Cape Canaveral en Floride et à destination de l'ISS, le 30 mai 2020.
Le décollage de SpaceX depuis Cape Canaveral en Floride et à destination de l'ISS, le 30 mai 2020. — John Raoux/AP/SIPA

La capsule de SpaceX Crew Dragon s’est amarrée dimanche sans encombre à la Station spatiale internationale, en avance de quelques minutes sur l’horaire prévu, après environ 19 heures de voyage, une étape cruciale pour cette mission historique. Les deux astronautes de la Nasa à bord sont entrés dans l'ISS, retrouvant les habitants actuels de la station, un compatriote et deux astronautes russes, pour une photo collective.

Bob Behnken et Doug Hurley, qui ont décollé à bord d’une fusée de SpaceX la veille depuis la Floride, sont les premiers astronautes à rejoindre l'ISS, à 400 km de la Terre. La capsule Crew Dragon s’est amarrée à l’ISS à 14 h 16 GMT. « Amarrage confirmé », ont confirmé la société créée par Elon Musk​ et la Nasa.

« Le monde entier a suivi cette mission »

De nombreuses vérifications et réglages ont ensuite été effectués, et environ trois heures plus tard, l’écoutille de la capsule a été ouverte. Puis, les deux astronautes de la Nasa ont pu entrer dans la station spatiale internationale. C’est là que les deux meilleurs amis, d’anciens pilotes militaires, ont retrouvé les habitants actuels de la station, leur compatriote américain Chris Cassidy et deux astronautes russes, pour une photo collective.

« Le monde entier a suivi cette mission et nous sommes tellement, tellement fiers de tout ce que vous avez fait pour notre pays, et en réalité pour inspirer le monde », les a félicité depuis la Terre le patron de la Nasa, Jim Bridenstine, juste après leur arrivée.

« Ce fut un honneur de faire partie de cet effort de neuf ans depuis la dernière fois qu’un véhicule américain s’est amarré à la station spatiale internationale », a déclaré Doug Hurley, 53 ans, après l’amarrage réussi.

Vers la fin de la dépendance des Américains aux Russes

Initialement prévu vendredi, le lancement de la fusée SpaceX avait dû être reporté au lendemain en raison d’une météo menaçante et d’un risque de foudre. Samedi en Floride, SpaceX est donc devenue la première société privée à lancer des astronautes dans l'espace, un succès historique qui offre aux Etats-Unis un nouveau moyen de transport spatial, après neuf ans d’interruption.

Depuis la fin des navettes spatiales en 2011, ce sont des fusées russes qui envoyaient les Américains vers l’ISS, qui file à 27.000 km/h autour de la Terre.

La Nasa a chargé SpaceX​ de développer un nouveau taxi spatial, et si cette mission – qui pourrait durer jusqu’en août – est certifiée sûre, les Américains ne dépendront plus des Russes pour accéder à l’espace. Pour trois milliards de dollars, SpaceX a promis à la Nasa six allers-retours vers l’ISS, avec quatre astronautes à bord.

Pour trois milliards de dollars, accordés depuis 2011 dans le cadre d’un contrat à prix fixe, SpaceX a promis à la Nasa six allers-retours vers l’ISS, avec quatre astronautes à bord.

Le chef de l’agence spatiale russe, Dmitri Rogozine, a félicité dimanche sur Twitter Jim Bridenstine, ainsi que le fondateur de SpaceX, Elon Musk : « Je souhaite aux équipes de la Nasa de finir avec succès de reconstruire son système de transport national », a-t-il écrit.

Une première étape pour SpaceX, avant la conquête de Mars

SpaceX acheminait déjà des cargaisons vers l’ISS depuis 2012, mais c’est la première fois que la Nasa lui confie sa ressource la plus précieuse : ses astronautes.

« Le lancement d’aujourd’hui démontre que l’avenir appartient à l’industrie spatiale privée », a déclaré samedi Donald Trump, qui a assisté en personne au décollage de la fusée depuis le centre spatial Kennedy.

Le président américain a fait applaudir le fondateur de SpaceX, qui s’est montré très ému lors de la conférence ayant suivi le lancement. « J’ai du mal à parler, cela fait 18 ans que nous travaillons avec cet objectif. J’ai du mal à croire que c’est arrivé », a déclaré Elon Musk.

Pour cet entrepreneur visionnaire, obsédé par la planète rouge, il s’agit là d'« une première étape dans notre voyage pour établir une civilisation sur Mars », et faire de l’humanité une « espèce multiplanétaire ».