Mars : Même en télétravail, des ingénieurs de la Nasa dirigent Curiosity

INSOLITE « Mars ne va pas nous attendre, nous continuons l'exploration », explique la cheffe de l'équipe qui dirige à distance le rover Curiosity

20 Minutes avec agence
— 
Les ingénieurs de la Nasa dirigent Curiosity depuis chez eux.
Les ingénieurs de la Nasa dirigent Curiosity depuis chez eux. — Cover Images/NASA/JPL-Caltech/SIPA

Tout en respectant les mesures de confinement pour lutter contre le coronavirus, les ingénieurs de la Nasa continuent de diriger à distance le rover Curiosity sur la planète Mars. Ils pratiquent en effet un type très particulier de télétravail, explique l’agence spatiale américaine dans un communiqué mis en ligne ce mardi.

Le 20 mars dernier, pour la première fois dans l’existence de l’équipe en charge du contrôle de l’engin, aucun de ses membres n’était présent dans le laboratoire de Pasadena (Californie). Mais la situation n’a pas empêché les experts de progresser efficacement.



Des ajustements matériels nécessaires

En deux jours, ils ont mis au point et envoyé au véhicule les commandes qui lui ont permis de prélever un échantillon de roche sur le site martien baptisé Edimbourg. Malgré la distance qui les sépare, la vingtaine d’ingénieurs a pu procéder à plusieurs tests et à une répétition générale avant l’opération.

Le télétravail a contraint à quelques ajustements matériels auxquels les employés ont eu deux semaines pour réfléchir. Ils se sont notamment partagé les équipements et accessoires avant de se confiner. Quant aux lunettes 3D et aux moniteurs spécifiques nécessaires aux missions, les scientifiques ont dû s’en passer. Ils ont été remplacés par des écrans classiques et des lunettes de vision en relief classiques avec un verre bleu et un verre rouge.

« Nous continuons l’exploration »

Pour le reste, leur travail à distance n’est pas différent de celui des autres employés confinés. Ils doivent « faire taire le chien, partager l’espace avec leur conjoint et leur famille, ne pas oublier de s’éloigner de l’ordinateur de temps en temps », raconte l’agence.

Le contexte et la façon de s’y adapter « sont typiques de ce qu’on sait faire à la Nasa, commente Carrie Bridge, la dirigeante de l’équipe. Un problème se pose et on détermine comment faire fonctionner les choses. Mars ne va pas nous attendre, nous continuons l’exploration ».