Coronavirus : Le président du Conseil européen de recherche quitte son poste en pleine pandémie

DÉMISSION Un porte-parole de l’exécutif européen a dit « regretter » le départ du professeur « en début de mandat, et en ces temps de crise sans précédent »

20 Minutes avec agences

— 

Un chercheur pendant une manipulation dans un laboratoire (Photo d'illustration)
Un chercheur pendant une manipulation dans un laboratoire (Photo d'illustration) — Yevgeny Sofiychuk/TASS/Sipa USA/SIPA

Le président du Conseil européen de la recherche, une agence de l' UE, a claqué la porte en critiquant la réponse de l’Union à la pandémie de nouveau coronavirus, alors que tous ses collègues avaient réclamé sa démission. L’Italien Mauro Ferrari a annoncé sa démission dans une lettre au quotidien britannique Financial Times, dans laquelle il explique « avoir perdu la foi dans le système ».

La Commission européenne a confirmé ce mercredi cette démission, donnée la veille, et qui « prend effet immédiatement comme demandé », a expliqué un porte-parole de l’exécutif européen. Ce dernier a déclaré « regretter » le départ du professeur « en début de mandat, et en ces temps de crise sans précédent où le rôle de la recherche européenne est essentiel ». Il a souligné que Mauro Ferrari venait lui-même de subir un vote de défiance de la part du reste du conseil scientifique du CER.

« J’ai été clairement déçu »

Originaire d’Italie, le professeur Mauro Ferrari a fait sa carrière principalement aux États-Unis dans de multiples domaines de recherche. Il est considéré comme un pionnier dans la nanomédecine. Le professeur n’aura passé que trois mois dans ses fonctions – son mandat avait débuté le 1er janvier. Dans sa lettre, il affirme que la stratégie qu’il avait élaborée pour soutenir la recherche face à la pandémie de Covid-19 a été rejetée par le conseil scientifique du CER.

« J’ai été clairement déçu, et profondément perturbé, par ce rejet unanime », écrit-il dans ce courrier. Selon lui, le rejet de sa stratégie a été justifié par le fait que la mission du CER est de soutenir des projets sans donner de directives sur les objectifs ou les domaines de recherche.

Démission unanimement approuvée

Le Conseil européen de la recherche a publié quelques heures après l’annonce de Mauro Ferrari un communiqué très critique à l’égard de son ancien président, en précisant que les 19 membres du conseil scientifique de l’agence avaient unanimement demandé sa démission dans un vote, fin mars.

Ils ont développé quatre points qui ont guidé leur désaveu : le « manque d’appréciation de la raison d’être du CER » de la part du professeur Ferrari, son « manque d’engagement », ses « initiatives personnelles » sans consultation avec le conseil scientifique ou encore son implication dans « de multiples entreprises externes, certaines académiques, certaines commerciales ».

La Commission a souligné que d’autres programmes scientifiques étaient plus pertinents pour répondre à la pandémie. « La mission du CER est de soutenir les développements à long terme dans la recherche, tandis que d’autres parties d’Horizon 2020 (…) sont mieux équipées pour s’attaquer aux défis immédiats », a expliqué le porte-parole Johannes Bahrke.