Des diamants à volonté

Yaroslav Pigenet
— 
Le Botswana, premier producteur mondial de diamants, lance mardi sa propre entreprise commerciale afin de trier, évaluer et vendre lui-même ses pierres précieuses, grâce à un transfert de savoir-faire britannique.
Le Botswana, premier producteur mondial de diamants, lance mardi sa propre entreprise commerciale afin de trier, évaluer et vendre lui-même ses pierres précieuses, grâce à un transfert de savoir-faire britannique. — Alexander Joe AFP

En plus d'être éternels, les diamants pourront bientôt se multiplier comme des petits pains. C'est ce que promet une équipe de physiciens et de chimistes américains qui vient de mettre au point un procédé permettant de fabriquer des diamants purs de taille illimitée.

Des diamants pas très clairs

On sait fabriquer des diamants depuis plusieurs décennies: en 2005, alors qu'on a extrait environ 38 tonnes de diamant naturel des mines, on produisait déjà près de 110 tonnes de diamant artificiel. Ces diamants synthétiques sont principalement utilisées par l'industrie, car ils sont trop petits ou comportent trop d'impuretés pour être transformés en joaillerie.Russell Hemley et ses collègues du Carnegie Institute de Washington (Etats-Unis) ont dans un premier temps utilisé une méthode «classique» qui permet de produire des diamants de synthèse en vaporisant des atomes de carbone puis en les laissant cristalliser sur une surface de silicium. Cette technique est assez efficace mais elle produit des diamants brunâtres en raison des impuretés laissées lors de la cristallisation.

Nettoyage de cristal 

Jusqu'ici le seul moyen d'obtenir des diamants artificiels totalement transparents étaient de les soumettre ensuite à un très couteux traitement physico-chimique à haute pression et haute température. En plus de son coût prohibitif, ce procédé ne permet de produire que des petits diamants de moins de 35 carats (7 grammes). Hemley et son équipe ont découvert un moyen de s'affranchir de cette limitation en mettant au point un nouveau traitement de purification moins lourd et beaucoup moins coûteux. Leurs travaux ont été publiés jeudi dans la revue scientifique «PNAS».

Des gemmes de 200g

Le procédé -qui consiste à «cuire» les diamants synthétiques dans une sorte de four à micro-ondes pour les débarrasser de leurs impuretés, a déjà permis de produire des diamants artificiels indistinguables des naturels. De plus, selon les chercheurs, la grosseur des diamants produits n'est plus limitée que par la taille du four utilisé; ce qui devrait leur permettre de produire rapidement des diamants purs de 1000 carats (200g).