Nasa : La sonde Parker Solar Probe a enregistré des « sons » étranges émis par le Soleil

AUDIO Les scientifiques espèrent que ces retranscriptions sonores « étranges » les aideront à mieux comprendre la formation du vent solaire

20 Minutes avec agence

— 

Vue d'artiste de la sonde Parker Solar Probe à l'approche du Soleil.
Vue d'artiste de la sonde Parker Solar Probe à l'approche du Soleil. — Nasa / Sipa

La sonde de la Nasa Parker Solar Probe a envoyé à l’agence spatiale américaine des enregistrements réalisés à proximité du Soleil. Des spécialistes de l’université Johns Hopkins ont mis en ligne sur la plateforme Soundcloud, en janvier, ces fréquences captées, qui ont été retranscrites en sons inédits. Les six fichiers audio sont donc une représentation sonore de l’activité émise par le plasma du vent solaire, réalisés par ces experts et rapportés par Journal du Geek.

Les scientifiques décrivent ces bruits comme « étranges et dignes de la science-fiction ». Les chercheurs espèrent que ces enregistrements « pourront répondre à des questions restées sans réponses sur la naissance du vent ». Parker Solar Probe a procédé à de nombreuses prises de mesure au cours de ses orbites autour du Soleil. Ces données transmises à la Nasa en décembre dernier avaient déjà contribué à améliorer les connaissances relatives à ces projections émises par notre étoile.

La sonde se déplace à 393.000 km/h

Les informations avaient également montré l’existence d’orages solaires ainsi que d’une région dénuée de toute poussière solaire. Après un an et trois orbites autour du Soleil, la sonde américaine continue sa mission. Elle détient le record de la vitesse la plus élevée jamais atteinte par un engin créé par les humains. Parker Solar Probe se déplace actuellement à 393.000 km/h.

En décembre 2019, le vaisseau évoluait à une distance de 25 millions de kilomètres de la surface gazeuse de notre étoile. Aucun autre appareil ne s’était jamais autant approché de notre astre. Depuis, Parker Solar Probe a cependant amélioré ce record puisqu’elle se trouverait désormais à moins de 18 millions de kilomètres de son sujet d’étude. La sonde peut voler aussi près du Soleil sans dommages grâce à un bouclier en céramique et une protection en mousse de carbone qui font barrière à la très forte chaleur environnante.