Produire de l'électricité sans polluer d'ici 10 ans aux Etats-Unis: Al Gore a un plan

ENVIRONNEMENT Avec l’élection d'Obama, «tout est réuni», estime l’ancien prix Nobel...

Philippe Berry, à Los Angeles

— 

L'ancien vice-président américain Al Gore, lauréat du Prix Nobel de la Paix 2007, a présenté jeudi un plan ambitieux pour que d'ici dix ans, 100% de la production d'électricité des Etats-Unis provienne des énergies renouvelables.
L'ancien vice-président américain Al Gore, lauréat du Prix Nobel de la Paix 2007, a présenté jeudi un plan ambitieux pour que d'ici dix ans, 100% de la production d'électricité des Etats-Unis provienne des énergies renouvelables. — Tim Sloan AFP

Une révolution énergétique. C’est ce que propose Al Gore avec le plan qu’il a détaillé dimanche dans le New York Times. L’objectif: que les Etats-Unis produisent 100% de leur électricité sans émettre de carbone d’ici à 10 ans. Ambitieux selon les uns, irréaliste selon les autres.

 

Reprenant les grandes lignes d’un de ses discours de l’été dernier, le prix Nobel de la paix 2007 propose un plan en cinq points:

 

  • Investir massivement dans les énergies alternatives: solaire dans le sud du pays, éolienne au midwest, géothermale  près des sources chaudes comme dans le Yosemite.

     

  • Moderniser un réseau électrique archaïque pour transporter cette énergie des zones rurales où elle serait produite vers les villes. Al Gore chiffre les travaux à 400 milliards de dollars sur 10 ans, auxquels il oppose le chiffre de 120 milliards perdus chaque année à cause de la vétusté des installations.

  • Développer une voiture électrique efficace qui pourrait tirer partie de ce réseau moderne.

  • Rénover les bâtiments anciens et leur mauvaise isolation responsable de pertes massives.

     

  • Taxer davantage les émissions de carbone et que les Etats-Unis prennent la tête des efforts pour établir un successeur au traité de Kyoto.

 

Avis divergents

 

Sur le site Internet RepowerAmerica, la fondation de l’ancien candidat à la Maison Blanche cite bien entendu plusieurs scientifiques qualifiant le plan «d’ambitieux mais réalisable et critique». D’autres estiment qu’Al Gore est au mieux naïf, au pire fou.

 

Environ la moitié de l’électricité des Etats-Unis est en effet produite à partir du charbon, que l’on trouve en abondance sur le territoire américain. Dans une étude, Google était moins ambitieux et voyait une électricité propre possible à l’horizon 2030.

 

Aux septiques, Al Gore rétorque que vu la crise économique actuelle, investir massivement dans des emplois verts sera une des façons de la redresser, en faisant d’une pierre deux coups. Il est là-dessus sur la même longueur d’onde qu’Obama. Al Gore, devenu le champion de la défense de l’environnement après son documentaire «Une vérité qui dérange», fait d’ailleurs partie des noms qui reviennent régulièrement pour un poste lié à l’énergie ou au climat dans une administration Obama.