La sonde martienne Phoenix ne répond plus

ASTRONOMIE Après de bons et loyaux services, ses batteries solaires ne fonctionnent plus...

P.B. avec AFP

— 

Le sol martien, photographié par la sonde américaine Phoenix
Le sol martien, photographié par la sonde américaine Phoenix — Nasa

Ca devait finir par arriver. Les activités de la sonde martienne américaine Phoenix ont pris fin, les batteries solaires ne fonctionnant plus, ont annoncé lundi les responsables de la mission.

Après avoir été opérationnelle plus de cinq mois, bien au-delà des 90 jours initialement prévus, Phoenix a cessé de communiquer, le 2 novembre, a précisé Barry Goldstein, le responsable du projet à la Nasa.

«Nous déclarons la fin des activités de Phoenix», a-t-il dit, ajoutant que l'équipe scientifique continuera à écouter au cours des prochaines semaines au cas où Phoenix ressusciterait.

L'arrêt de la mission était attendu puisque l'ensoleillement moindre et la chute des températures à l'approche de l'automne ne permettent plus de recharger les batteries de la sonde. Outre des jours de plus en plus courts, la sonde a subi une tempête de poussière qui a obscurci davantage le ciel.

De l’eau gelée

Les ingénieurs jugent la possibilité d'établir à nouveau un contact avec Phoenix très improbable en raison de la détérioration attendue des conditions météorologiques sur Mars.

Si la sonde a cessé de fonctionner, l'analyse de la riche moisson d'informations scientifiques que ses instruments ont recueillie ne fait que commencer.

«Phoenix nous a déjà surpris et je suis sûr que nous allons encore retirer plus de choses étonnantes dans ce trésor d'informations au cours des prochaines années», a jugé Peter Smith, de l'Université d'Arizona et responsable scientifique de Phoenix. Phoenix a notamment prouvé qu'il y avait bien de l'eau gelée dans l'arctique de Mars, a-t-il ajouté.

Phoenix s'était posé dans l'arctique martien le 25 mai 2008. Il s'agissait de la première sonde explorant le nord de la planète rouge.