L’Agence spatiale européenne veut créer de l’oxygène sur la lune grâce à sa poussière

ESPACE Le régolithe, cette fine poussière présente à la surface de la lune, contient jusqu’à 45 % d’oxygène

20 Minutes avec agence

— 

Back to the Moon (documentaire).
Back to the Moon (documentaire). — Les Films Salamandre

Afin de produire l’oxygène nécessaire aux prochaines missions dans l’espace, l’Agence spatiale européenne (ESA) envisage de s’approvisionner localement en récupérant l’oxygène dans le régolithe lunaire, cette fine poussière présente à la surface de la lune, rapporte le site de l’ESA.

Présenté le 17 janvier dernier, ce projet a fait l’objet d’une étude publiée en janvier dans la revue Planetary and Space Science. « Une épaisse couche de régolithe couvre toute la surface lunaire, ce qui en fait une matière première garantie pour l’extraction des ressources », indiquent les auteurs de l’étude. Au total, 40 à 45 % de la masse du régolithe serait composée d’oxygène.

Un procédé basé sur l’électrolyse

Dans l’espace, l’oxygène sert également de carburant aux vaisseaux. Selon les scientifiques, bénéficier d’un approvisionnement local en oxygène serait « essentiel pour des activités viables et de longue durée dans l’espace ».

Des travaux sont en cours au Centre européen de technologie spatiale (ESTEC), un centre rattaché à l’ESA qui se situe à Noordwijk (Pays-Bas). Un régolithe lunaire factice a été recréé pour simuler des expériences d’extraction de l’oxygène par électrolyse. Ce procédé consiste à décomposer l’eau en dioxygène et dihydrogène grâce à un courant électrique. « La teneur finale en oxygène du produit montre que presque tout l’oxygène (96 %) a été éliminé », indiquent les chercheurs.

L’Agence spatiale européenne travaille désormais à la conception d’une « centrale pilote » d’extraction d’oxygène, capable de fonctionner sur la Lune. Les premiers tests sont attendus pour le milieu de la décennie.