SpaceX : Les satellites Starlink gênent les astronomes, contrairement à ce qu’avait promis Elon Musk

ESPACE Elon Musk avait pourtant promis il y a quelques mois que sa flotte de satellites aurait « un impact d’à peu près 0 % sur les progrès de l’astronomie »

20 Minutes avec agence

— 

Un microsatellite du projet Starlink de SpaceX, déployé le 11 novembre 2019.
Un microsatellite du projet Starlink de SpaceX, déployé le 11 novembre 2019. — SPACEX

C’est sûr : les satellites Starlink créent de la pollution visuelle dans le ciel. Les craintes des astronomes depuis le début du projet de SpaceX, se sont confirmées. C’est ce qu’a montré une astronome de l’Observatoire interaméricain du Cerro Tololo (CTIO), au nord du Mexique, ce lundi.

« L’énorme masse de satellites Starlink est passée au-dessus de nous ce soir », explique Clarae Martinez-Vazquez, qui se dit « choquée », sur Twitter. « L’exposition de notre DECam [un télescope] a été fortement impactée par 19 d’entre eux. Le train de satellites a duré plus de cinq minutes ! »

Une pollution lumineuse évidente

Une information confirmée par un autre astronome. « Selon presque toutes les normes d’observation, c’était encore le cœur de la nuit, le moment précis où vous voulez capter des données », explique Cliff Johnson à Forbes, relayé par Business Insider. Sur une image relayée par le CTIO, les astronomes montrent la pollution créée par les satellites de SpaceX, représentée sous forme de traînées en pointillé dans le ciel.

Ces traînées lumineuses sont une grande gêne pour le travail des astronomes. Elles peuvent être enlevées au moyen de techniques et outils spécifiques, mais dont les scientifiques aimeraient pouvoir se passer.

« Aucun impact », avait promis Elon Musk

SpaceX a le projet de remplir l’atmosphère de milliers de satellites Starlink afin d’apporter une connexion Internet fiable et peu chère au monde entier. Le 11 novembre dernier, l’entreprise d’Elon Musk envoyait sa deuxième flopée de 60 micro-satellites en orbite. La firme a reçu l’autorisation de lâcher 12.000 engins dans le ciel de la part de l’administration américaine.

L’annonce de ce projet avait immédiatement inquiété les chercheurs et astronomes. Interpellé par plusieurs spécialistes, Elon Musk avait assuré que la réflectivité de la lumière sur les satellites avait été réduite au maximum par ses ingénieurs, et que sa flotte aurait un impact « d’environ 0 % » sur les progrès scientifiques. « Nous ferons en sorte que Starlink n’ait aucun impact [négatif] sur l’astronomie », avait-il assuré dans un tweet.