80 ans du CNRS : « La science est absolument partout et on n’en a jamais eu autant besoin »

INTERVIEW Alors que s’ouvre ce vendredi et pour trois jours le forum « Nouveau(x) Monde(s) », l’un des événements phares du 80e anniversaire du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Antoine Petit, son président-directeur général, répond à « 20 Minutes »

Propos recueillis par Fabrice Pouliquen

— 

Antoine Petit, président-directeur général du CNRS depuis le 24 janvier 2018.
Antoine Petit, président-directeur général du CNRS depuis le 24 janvier 2018. — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
  • Tout au long de cette année 2019, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) a multiplié les événements pour célébrer son 80e anniversaire. L’un des points d’orgue démarre ce vendredi à Paris, avec le forum « Nouveau (x) Monde(s) ».
  • Durant ces trois jours de conférences et expériences à destination du grand public, le CNRS entend montrer que « la science est absolument partout et qu’on n’en a jamais eu autant besoin ».
  • Pour 20 Minutes, Antoine Petit, agrégé de mathématiques et président-directeur général du CNRS, retrace l’histoire de l’institution et esquisse son avenir.

Quatre-vingts bougies sur le gâteau… Dans la vie d’un homme ou d’une femme, le cap n’est pas si simple à passer. Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), lancé officiellement le 19 octobre 1939, peut lui être rassuré. Car cet âge avancé ne devrait pas être synonyme de baisse d’activités. « On n’a jamais eu autant besoin de sciences », assure en tout cas Antoine Petit, président-directeur général de cette institution qui compte 32.000 chercheurs répartis dans 1.000 laboratoires.

Pour marquer le coup, le CNRS a multiplié les événements tout au long de cette année-anniversaire. L’un des temps forts se tient ce vendredi et jusqu’à dimanche avec le forum « Nouveau(x) Monde(s) ». Le rendez-vous est donné à la Cité des sciences et de l’industrie, au parc de la Villette, mais aussi au  Ground Control (12e), le samedi soir, à Paris. Au programme ? Des débats, des conférences, des démonstrations et expériences immersives, du théâtre d’improvisation. Le tout en entrée libre et avec pour fil rouge l’idée de montrer que la science est partout dans notre quotidien.

Pour 20 Minutes, Antoine Petit retrace l’histoire du CNRS et esquisse son avenir.

En quoi ce forum « Nouveau (x) monde(s) » est-il le point d’orgue de ce 80e anniversaire ?

Ce n’est pas « Le » point d’orgue, mais l’un des points d’orgues de ce 80e anniversaire, pour lequel nous avons étalé les commémorations toute l’année. Tout de même, ce forum est l’événement phare des rendez-vous que nous proposons avec le grand public. Une cinquantaine de personnalités animeront ces rencontres dont le chimiste Albert Fert, prix Nobel de physique (2007), et sept ou huit médailles d’or du CNRS. L’informaticien Gérard Berry, la philologue et philosophe Barbara Cassin, le spécialiste de cryptologie Jacques Stern…

Ce forum s’inscrit pleinement dans cette année-anniversaire, dont le fil rouge est de montrer les apports de la science dans notre quotidien. La science est absolument partout et on n’en a jamais eu autant besoin. C’est vrai dans les domaines de la santé, de l’exploration spatiale, du changement climatique, des migrations… Autre exemple : on le voit rarement ainsi, mais un smartphone est un condensé de sciences.

Si on revient au 19 octobre 1939, qu’est-ce qui avait poussé à la création du CNRS ?

L’idée de créer un Centre national de la recherche scientifique a été lancée trois ans plus tôt, sous le Front populaire, par Jean Zay, ministre de l’Education, et par le physicien Jean Perrin, prix Nobel de physique. Mais le projet ne sera en effet concrétisé que le 19 octobre 1939. On est alors quelques semaines seulement après la déclaration de guerre de la France à l’Allemagne. Face au conflit qui s’annonçait, l’enjeu était de mobiliser toutes les forces françaises. La recherche était considérée comme l’une d’elles. A cette époque, le CNRS regroupait moins de 2.000 personnes, et la recherche était dominée par les domaines de la physique et la chimie. Cela montre le chemin parcouru en quatre-vingts ans. Le CNRS, aujourd’hui, c’est 32.000 personnes, un millier de laboratoires en France, 50.000 articles publiés chaque année en moyenne. Surtout, nous avons la particularité de couvrir tous les champs du savoir. A la fois les sciences dites « dures » (mathématiques, informatique, physique, chimie), mais aussi les sciences de l’environnement et les sciences humaines et sociales.

Le CNRS est-il, encore aujourd’hui, l’une des forces sur laquelle la France doit s’appuyer ?

Nous participons en tout cas au rayonnement international du pays. Les chiffres que je viens de citer le montrent. Il y en a d’autres. Le CNRS a 80 laboratoires et 8 bureaux à l’étranger, et environ 30 % des chercheuses et chercheurs que nous recrutons chaque année viennent d’au-dehors du territoire français. Cela témoigne de notre attractivité. J’en ai eu également la preuve à travers les accueils que j’ai reçus lors de mes déplacements à l’étranger dans le cadre de ce 80e anniversaire.

Nous sommes aussi une force à travers les interactions que nous avons avec des acteurs économiques et industriels. Le CNRS a des laboratoires communs avec Total, EDF, Solvay, Thalès et d’autres grands groupes, comme d’ailleurs avec des ETI [Entreprises de taille intermédiaire] et des PME. Là encore, c’est une dimension méconnue du CNRS que nous rappellerons au forum Nouveau (x) Monde(s). Nous ne faisons pas que de la science « de laboratoire » coupée des réalités, comme on le pense parfois. Au contraire, le CNRS crée une centaine de start-up par an.

Enfin, les grandes problématiques sociétales actuelles – le changement climatique, l’intelligence artificielle, la santé, l’exploration spatiale… – exigent une science de haut niveau. Si la France – et plus largement l’Europe – laisse le soin à d’autres de le faire, elles en subiront les conséquences demain. Que ce soit en termes de perte de compétitivité économique, mais aussi de souveraineté.

Le 4 octobre, en ouverture de la Convention citoyenne pour le climat, Edouard Philippe a fait le constat « d’une parole publique questionnée, soupçonnée, parfois même décrédibilisée ». Y compris celle du Premier ministre. En est-il de même de la parole scientifique ?

D’un côté, l’enquête Ipsos réalisée dans le cadre de la dernière Fête de la Science sur la perception de la recherche par les Français est encourageante. 91 % des personnes interrogées ont une bonne image des chercheurs (dont 23 % une très bonne image) et 90 % ont une bonne image de la recherche (dont 22 % une très bonne image). De l’autre côté, Donald Trump aux Etats-Unis, Viktor Orban en Hongrie, ou Jair Bolsonaro au Brésil, ont récemment accédé au pouvoir et sont autant d’hommes politiques qui remettent fréquemment en cause la parole scientifique. Forcément, cela ne nous aide pas.

Dans ce contexte ambivalent, il me semble important que nous continuions à communiquer d’avantage. A condition de bien faire la part des choses entre la parole du scientifique et celle du citoyen. Le chercheur est les deux à la fois, mais lorsqu’il est sollicité en tant que scientifique, il ne doit pas donner son avis de citoyen. L’autre condition importante est d’avoir en tête qu’un scientifique ne sait pas tout. Nous devons expliquer ce que l’on sait, mais aussi ce que l’on ne sait pas ou pas encore. C’est bien tout le rôle de la science : éclairer les citoyens et aider à la décision politique. Elle n’est pas là pour penser à la place des gens, ni décider à la place des décideurs.