Mars : On peut désormais écouter les tremblements de la planète rouge grâce à la Nasa

ESPACE Ces séismes sont si petits que la Nasa a dû modifier et accélérer les enregistrements pour les rendre audibles à l’oreille humaine

20 Minutes avec agences

— 

La planète Mars en 2001, vue par le télescope Hubble.
La planète Mars en 2001, vue par le télescope Hubble. — N.A.S.A./SIPA

Il est désormais possible d’écouter Mars trembler. Les multiples secousses sismiques, enregistrées par le robot InSight de la Nasa depuis son arrivée en novembre 2018 sur la planète rouge, sont disponibles en ligne depuis ce mardi.

Deux fichiers ont été mis en ligne par l’agence spatiale américaine sur son site : une secousse datant du 22 mai, et une autre du 25 juillet. Toutes deux ont été enregistrées grâce au sismomètre ultrasensible par l’agence spatiale française CNES au robot américain.

Des enregistrements « accélérés » pour être audibles

Depuis début 2019, cet appareil écoute le sous-sol de Mars à la recherche de ses « battements de cœur », car la planète n’est pas morte et « respire » encore un peu, explique le CNES. Mais la fréquence des vibrations est trop basse pour l’oreille humaine et les secousses trop faibles pour être ressenties.

Les fichiers ont donc été « légèrement » traités et accélérés pour devenir audibles grâce à une technique de « sonification », réalisée par des chercheurs français. Ces enregistrements sont représentatifs des 21 événements (sur une centaine) dont les scientifiques sont quasi sûrs qu’il s’agit de séismes. Avec un casque audio, on entend donc un grondement léger, un bourdonnement peu spectaculaire.

Une croûte martienne proche de celle de la Lune

Mais ces « légers » tremblements de terre donne de précieuses informations aux scientifiques sur la croûte martienne. Celle-ci est sans doute comparable à « un mélange de la croûte de la Terre et de celle de la Lune », selon le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la Nasa.

Sur Terre, les failles se referment assez vite grâce à l’eau qui s’y infiltre, permettant aux ondes sismiques de les traverser et filer vers la croûte. A l’inverse, la croûte lunaire est « plus sèche », et les failles freinent les ondes qui se propagent pendant des dizaines de minutes. Mars est ainsi plus proche de la Lune, et les ondes sismiques s’y propagent pendant environ une minute, ralenties par de possibles failles.