États-Unis : Des vers 500 fois plus résistants à l’arsenic que l’homme découverts dans un lac salé

ETUDE Ces vers dotés de trois sexes différents ont été découverts dans le lac Mono, en Californie

20 Minutes avec agence

— 

Le lac de Mono, dans le parc du Yosemite, en Californie
Le lac de Mono, dans le parc du Yosemite, en Californie — HOTSPOT/SIPA

Une espèce de ver doté à la fois de sexes masculin, féminin et hermaphrodite a récemment été découvert dans le lac Mono, en Californie. L’existence de huit types de nématodes a été mise au jour pour la première fois dans cette étendue d’eau très salée. Mais une seule, l’Auanema, présente cette surprenante particularité génitale, indique une étude sur le sujet publiée dans Current Biology et relayée par le magazine Géo ce lundi.

Les scientifiques expliquent que ces vers vont faire l’objet de recherches encore plus poussées. « Les femelles et les mâles pourraient contribuer à maintenir la diversité génétique grâce à la recombinaison sexuelle », expliquent-ils. Les hermaphrodites, quant à eux, « pourraient se déplacer vers de nouveaux environnements et y établir de nouvelles populations », avance le coauteur de l’étude dans un communiqué relayé par le magazine mensuel.

Ultra-résistants à l’arsenic

Les eaux du lac Mono présentent un fort niveau en arsenic, sans pour autant influencer la vie des vers. Elles ont même été classées comme un milieu extrême.

Les chercheurs ont découvert que cette étonnante espèce présente une résistance à l’arsenic 500 fois plus importante que « la limite létale » d’un être humain, précise Géo. Ils souhaitent en savoir plus sur cette particularité afin de trouver des solutions, notamment, à la contamination de l’eau par ce poison.