Australie : Des organismes de 3,5 milliards d'années découverts, l'une des plus anciennes traces de vie

ETUDE C’est « une contribution significative à nos recherches sur la vie extraterrestre et sur la compréhension des secrets de la planète Mars », estime l’un des auteurs de cette découverte

20 Minutes avec agence

— 

Les organismes microbiens se cachaient à l'intérieur de stromatolites, en Australie.
Les organismes microbiens se cachaient à l'intérieur de stromatolites, en Australie. — Pixabay / Poletix

Des géologues australiens ont mis au jour des traces de matière organique datant d’environ 3,5 milliards d’années. Cette découverte ferait donc partie des plus anciens signes de vie sur Terre jamais rencontrés.

Les organismes se trouvaient dans les strates d’un ensemble géologique vieux de 1 à 3,5 milliards d’années situé dans la région de Pilbara (Australie), indique l’étude publiée ce mercredi dans la revue scientifique Geology.

Des « preuves irréfutables »

Ils se cachaient en fait à l’intérieur de stromatolites, des formations calcaires qui se développent dans l’eau peu profonde. Depuis des décennies, les chercheurs tentent de prouver que ces structures se forment autour de matière vivante, explique un article du site de l’université de Sydney.

Les échantillons analysés jusqu’ici n’avaient jamais permis de confirmer cette thèse car ils n’avaient révélé aucun signe de vie passée. Les scientifiques australiens ont cette fois étudié des couches plus profondes ce qui a abouti à ces découvertes respectivement qualifiées de « géniales » et de « preuves irréfutables » par Raphael Baumgartner et Martin Van Kranendonk, coauteurs de l’étude.

Une piste vers les extraterrestres ?

« Pour la première fois, nous pouvons montrer au monde entier que ces stromatolites constituent des signes de l’existence d’une forme de vie terrestre. (…) Nous avons pu étudier un instantané parfait d’une ancienne vie microbienne », se réjouit Raphael Baumgartner.

C’est « une contribution significative à nos recherches sur la vie extraterrestre et sur la compréhension des secrets de la planète Mars », estime pour sa part Martin Van Kranendonk. La façon dont est apparue sur Terre la matière organique découverte en Australie pourrait en effet fournir des indications sur les processus d’éclosion de la vie sur d’autres planètes.