Le gène de l'éjaculation précoce a été découvert

SCIENCES Non, non, ne faites pas semblant de ne pas être concernés par cet article...

V.G.

— 

L'éjaculation précoce toucherait un homme sur trois.
L'éjaculation précoce toucherait un homme sur trois. — Powerbooktrance/Flickr/CC

Non, non, ne faites pas semblant de ne pas être concernés par cet article. Une équipe de chercheurs hollandais déclare avoir isolé un gène qui en contrôlant le niveau de sérotonine – une hormone – a un impact direct sur l'éjaculation précoce.

L'étude a été menée sur 200 hommes, la moitié développant depuis le début de leur vie sexuelle les symptômes d'une éjaculation précoce, l'autre moitié n'ayant pas de problème de cet ordre. Leurs partenaires féminins devaient pendant un mois chronométrer leurs ébats amoureux.

L'équipe de l'université d'Utrecht en a conclu que les hommes atteints d'éjaculation précoce avait un faible niveau de sérotonine dans la zone du cerveau qui contrôle l'éjaculation.

Rapides au lit, comme sur le court


«Cela contredit l'idée reçue qui veut que l'éjaculation précoce est un problème d'ordre psychologique», commente le docteur Marcel Waldinger, auteur de l'étude. Le chercheur hollandais estime aussi qu'il pourraît être possible à terme de traiter le symptôme par la thérapie génique.

Interrogée par la BBC, Paula Hall, une psychothérapeute sexuelle, estime qu'«il peut toutefois y avoir des facteurs psychologiques», notamment quand le problème ne survient qu'avec la même partenaire. Précision intéressante: les éjaculateurs précoces «ont des réflexes très rapides. Ils peuvent être excellent au tennis ou dans les jeux vidéos, par exemple».

Un tiers des hommes auraient des problèmes d'éjaculation précoce. Surveillez bien les cours de tennis et les rayons jeux vidéos.