Un satellite de l'ESA évite une collision avec un engin de SpaceX

ESPACE L'ESA a dû effectuer une manœuvre d'évitement de collision pour protéger son satellite Aeolus

20 Minutes avec agence

— 

Le transit des satellites Starlink de SpaceX capturé par l'astronome amateur Marco Langbroek, le 24 mai 2019.
Le transit des satellites Starlink de SpaceX capturé par l'astronome amateur Marco Langbroek, le 24 mai 2019. — MARCO LANGBROEK

Ce lundi matin, l’un des satellites Starlink de SpaceX a failli percuter le satellite  Aeolus de l’Agence spatiale européenne (ESA). Une manœuvre d’évitement a permis d’échapper au pire. « Pour la toute première fois, l’ESA a effectué une “manœuvre d’évitement de collision” pour protéger l’un de ses satellites d’un choc avec une “méga constellation” », a indiqué l’ESA dans une série de tweets repérée par Numerama.

Au-dessus du satellite de SpaceX

Face au danger, le satellite Aeolus a été contraint de modifier sa trajectoire. « Les spécialistes de notre équipe en charge des débris spatiaux ont calculé le risque de collision entre ces deux satellites actifs, déterminant que l’option la plus sûre pour Aeolus était d’augmenter son altitude et de passer au-dessus du satellite SpaceX », a expliqué l’Agence spatiale européenne.

Selon l’ESA, « la manœuvre a eu lieu à environ la moitié d’une orbite avant la collision potentielle ». De son côté, SpaceX n’a pour le moment pas souhaité commenter cet incident.

Des événements assez rares

Ce type d’événement est heureusement rare et d’autant plus quand il s’agit de deux satellites actifs. En effet, les manœuvres de ce genre consistent le plus souvent à éviter des débris générés par de précédents chocs spatiaux.

Pour l’heure, ces opérations d’évitement sont réalisées par des humains mais cela pourrait bientôt changer. « Avec l’augmentation du nombre de satellites en orbite, due à des “méga constellations” telles que Starlink (…), le processus actuel d’évitement “manuel” des collisions va devenir impossible », a détaillé l’Agence spatiale.