Australie: Des koalas nourris de matières fécales pour les sauver de la famine

«ALIMENTATION» Les microbes intestinaux des koalas les empêchaient de consommer plusieurs variétés différentes d’eucalyptus

20 Minutes avec agences

— 

Un koala en train de manger de l'eucalyptus (illustration).
Un koala en train de manger de l'eucalyptus (illustration). — Wong Maye-E/AP/SIPA

Comment sauver des koalas affamés, menacés par la disparition de l’eucalyptus, leur nourriture favorite ? Des scientifiques australiens ont trouvé la solution : ils leur ont fait manger… du caca.

Les chercheurs ont nourri les marsupiaux de matières fécales, conditionnées sous formes de capsules. Une manière de modifier la flore microbienne intestinale des koalas, afin qu’ils puissent consommer plus de variétés différentes d’eucalyptus.

Des koalas affamés

Dans une étude publiée ce mardi dans le journal Animal Microbiome les chercheurs expliquent s’être lancés après avoir observé une baisse drastique des populations de koalas dans l’Etat de Victoria. « En 2013 la population […] a atteint une densité très importante, ce qui les a conduits à manger tous les arbres de leur espèce préférée », explique Michaela Blyton, directrice du projet.

Ce phénomène a débouché sur un taux de mortalité de 70 % des koalas. Mais les survivants n’ont pas, pour autant, essayé de manger une autre espèce d’eucalyptus dans le but de survivre. Les chercheurs se sont alors demandé si les microbes intestinaux des koalas ne limitaient pas leur alimentation et « s’il ne serait pas possible d’étendre leur régime alimentaire par le biais d’inoculation de matières fécales », poursuit la chercheuse.

Une tentative très concluante

Les scientifiques ont donc nourri les koalas avec les matières fécales d’autres marsupiaux, habitués à consommer une autre espèce d’eucalyptus. Ces « capsules » ont modifié avec succès les microbiomes des koalas, qui ont ainsi pu de ce fait commencer à manger une nouvelle variété d’arbres.

« Les koalas peuvent avoir des problèmes pour s’adapter à de nouveaux régimes alimentaires quand les arbres qu’ils mangent normalement disparaissent, ou quand ils sont déplacés », souligne Michaela Blyton en conclusion. « Cette étude prouve que le concept de capsules de matières fécales permet d’introduire avec succès de nouveaux microbes dans les intestins des koalas. »