Toulouse: Le rhinocéros n'était pas seul... Des restes de tortues préhistoriques également retrouvés sur le chantier du métro

ARCHEOLOGIE Outre un fragment de mâchoire de rhinocéros, des restes de carapaces de tortues ont également été extraits du sous-sol toulousain, indique ce vendredi le Muséum d’histoire naturelle. Ces animaux vivaient il y a 22 à 24 millions d’années

Nicolas Stival

— 

La mâchoire retrouvée à 15 mètres de profondeur sur le chantier du métro appartenait à un rhinocéros préhistorique.
La mâchoire retrouvée à 15 mètres de profondeur sur le chantier du métro appartenait à un rhinocéros préhistorique. — Tisséo

C’est confirmé. Le bout de mâchoire de près de 50 cm de long retrouvé mardi soir sur le chantier du métro toulousain, au niveau de la station Jean-Jaurès, appartient bien à un rhinocéros préhistorique. Cette hémimandibule gauche se trouvait à une quinzaine de mètres de profondeur. Mais elle ne reposait pas toute seule depuis une période très reculée, située dans une fourchette de 24 à 22 millions d’années.

Des petits morceaux de carapaces de tortues, d’une longueur inférieure à dix centimètres, ont également été mis au jour, indique ce vendredi le Muséum d’histoire naturelle de Toulouse.

Oligocène et Miocène

Tous ces animaux vivaient sous un climat alors subtropical, entre l’extrême fin de l’Oligocène et le tout début du Miocène.

Alors qu’une partie du chantier « Ma Ligne A en XXL » avait été brièvement suspendue par Tisséo, plusieurs spécialistes du Muséum, de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) et de Toulouse Métropole se sont rendus sur place jeudi matin.

Récupérés, ces restes fossilisés vont désormais être étudiés par des paléontologues, pour tenter de déterminer à quelles espèces ils appartiennent. La réponse est espérée cet automne. Des précédents travaux du métro avaient déjà débouché sur des découvertes similaires dans le sol toulousain.

En 2002, sur le chantier de la ligne B à Borderouge, ce sont plusieurs espèces de rhinocérotidés (famille à laquelle appartiennent les rhinocéros) et une carapace complète de tortue qui étaient sorties de l’oubli. Elles datent de la même époque que les fragments retrouvés à Jean-Jaurès.