Nouvelle-Zélande: Découverte d'«Hercule», un perroquet géant qui vivait il y a 19 millions d'années

PALEONTOLOGIE Ce perroquet de près d’un mètre possédait « un bec énorme qui pouvait ouvrir en deux tout ce qu’il voulait »

20 Minutes avec agences
— 
«Hercule» était presque deux fois plus grand que ce kakapo.
«Hercule» était presque deux fois plus grand que ce kakapo. — ANDREW DIGBY / New Zealand Department of Conservation / AFP

Il vivait il y a 19 millions d’années. Les restes d’un perroquet géant qui mesurait près d’un mètre et pesait jusqu’à 7 kg ont été découverts en Nouvelle-Zélande, indique une étude publiée dans la revue Biology Letters de la Royal Society. L’animal, mis à jour par une équipe internationale de paléontologues, a été baptisé Heracles inexpectatus (Hercule) en référence à sa taille mais également au caractère inattendu de sa découverte.

L’oiseau faisait à peu près deux fois la taille du kakapo, une espèce menacée de disparition qui était jusqu’alors le plus gros perroquet connu.

Incapable de voler et un « bec énorme »

Les scientifiques se sont fondés sur l’étude des os d’une patte, retrouvés en 2008. A l’époque, personne ne savait trop à quoi correspondait cette trouvaille. « L’idée qu’il puisse s’agir d’un perroquet géant ne nous avait pas effleuré », a expliqué Paul Scofield, conservateur en chef au Musée de Canterbury. « Nous pensions à une sorte d’aigle, jusqu’à ce que nous les examinions à nouveau » cette année.

Le chercheur estime que l’oiseau « était incapable de voler ». « Hercule (…) disposait sans aucun doute d’un bec énorme qui pouvait ouvrir en deux tout ce qu’il voulait et il a fort bien pu se régaler d’autre chose que de la nourriture habituelle des perroquets, peut être même d’autres perroquets », a ajouté Mike Archer, du Centre de recherches de paléontologie de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud.

Une zone pleine de découvertes

Les restes fossilisés du perroquet géant ont été découverts près de St Bathans, au centre de l’Ile-du-Sud de la Nouvelle-Zélande. Cette zone est riche en fossiles du Miocène, une ère remontant entre 5 et 23 millions d’années. Le pays est d’ailleurs connu pour ses oiseaux non volants aux dimensions imposantes comme le moa (Dinornis), disparu à la fin du XVIIIe siècle et qui mesurait jusqu’à 3,6 m de haut.

« Mais jusqu’à présent, personne n’avait découvert la trace d’un perroquet géant disparu, nulle part », a souligné Trevor Worthy, professeur associé à l’Université Flinders (Australie). « Nous fouillons ces dépôts fossiles depuis vingt ans et chaque année nous apporte des révélations sur de nouveaux oiseaux ou d’autres animaux », a-t-il ajouté. « Il y a sans aucun doute bien davantage d’espèces inattendues à découvrir ». L’an dernier, les scientifiques avaient notamment retrouvé les restes d'une chauve-souris qui vivait il y a 16 à 19 millions d’années.