Les tardigrades ont-ils colonisé la Lune après le crash de la sonde Beresheet?

HABITANTS LUNAIRES Le 11 avril dernier, le crash d'une sonde israélienne pourrait avoir répandu plusieurs milliers de tardigrades à la surface de la Lune

20 Minutes avec agence

— 

Un tardigrade, une espèce incroyablement résistante.
Un tardigrade, une espèce incroyablement résistante. — Eye Of Science/ Photo Research/France TV Info

Le 11 avril, la sonde Beresheet s’écrasait sur la Lune, réduisant à néant les espoirs d’Israël d’intégrer le cercle très fermé des nations ayant conquis le satellite terrestre. Véritable « archive terrestre », l’engin contenait une vaste base de données de plus 30 millions de pages sur la planète Terre.

Elle renfermait aussi des échantillons d’ADN humain mais surtout des tardigrades, ou « oursons d’eau ». Au moment du crash, la sonde israélienne a libéré des centaines de ces petits arthropodes à la surface de la Lune, rapporte Sciences et Avenir.

Des petites bêtes en état de cryptobiose

Ces drôles de bestioles pourraient même avoir survécu au crash, grâce à leurs capacités étonnantes. Longs d’environ 1 mm, les tardigrades (Milnesium tardigradum) peuvent résister à des conditions extrêmes de froid et de chaleur, aux rayons ultraviolets, voire à un impact d’astéroïde. Capables de survivre trente ans sans manger ni boire, ils survivraient probablement à l’espèce humaine dans l’hypothèse d’un cataclysme.

Des chercheurs ont même constaté que les tardigrades pouvaient se placer en cryptobiose (pause métabolique) et en sortir plusieurs dizaines d’années plus tard. Les résidents de Beresheet pourraient donc être devenus les tout premiers résidents de la Lune. Mais aucun risque qu’ils s’y multiplient : pour sortir de l’état de cryptobiose, il faudrait que les conditions environnementales soient de nouveau favorables aux petites bêtes.