Après le bisphénol A, son remplaçant le bisphénol S, à son tour pointé du doigt par une étude

SCIENCES Des chercheurs toulousains viennent de publier une étude qui montre que le remplacement du bisphénol A par le bisphénol S augmente l’exposition à une substance hormonalement active

Beatrice Colin

— 

Des biberons sans Bisphénol A en vente dans un magasin le 8 octobre 2012 à Paris
Des biberons sans Bisphénol A en vente dans un magasin le 8 octobre 2012 à Paris — FRED DUFOUR AFP
  • Depuis le classement du bisphénol A comme substance préoccupante, il a été ces progressivement remplacé par du bisphénol S dans la composition de certains plastiques.
  • Une étude menée par des scientifiques toulousains, entre autres, montre que ce remplacement « conduit à augmenter l’exposition à une substance hormonalement active ».
  • Le bisphénol S reste plus longtemps dans l’organisme et sa concentration dans le sang est environ 250 fois supérieure à celles du BPA.

Le bisphénol A (BPA) a disparu ces dernières années des plastiques utilisés aussi bien dans la conception des conserves alimentaires, des biberons que des tickets de caisse. Depuis deux ans, il est même classé «substance extrêmement préoccupante» par l’Agence européenne des produits chimiques de l’Union européenne et a très mauvaise presse. Au point que « BPA free » est devenu parfois un argument de vente. Et cela ne risque pas de changer puisque la justice européenne vient à nouveau de le confirmer.

A défaut de pouvoir l’utiliser, les industriels du secteur ont eu recours au bisphénol S, ce composant qui résiste à la chaleur et joue un rôle protecteur entre les aliments et les matériaux. Mais si l’on en croit une étude qui vient d’être publiée ce mercredi dans la revue Environnemental Health Perspectives, c’est loin d’être la meilleure des idées.

Concentrations 250 fois supérieures

Le remplacement d’un bisphénol par un autre « conduit à augmenter l’exposition à une substance hormonalement active », indiquent les scientifiques de l’équipe « Gestation et perturbateurs endocriniens » de l’école nationale vétérinaire de Toulouse associés au laboratoire Toxalim (ENVT/Inra/INP Purpan/UT3 Paul Sabatier) et aux universités de Montréal et de Londres.

Ils ont ainsi réussi à montrer que l’animal a plus de mal à éliminer le bisphénol S que le BPA. « Il persiste plus longtemps dans l’organisme et à des concentrations beaucoup plus élevées ». Or il a des propriétés oestrogéno-mimétiques comparables au composé organique tant décrié pour ses effets de perturbateurs endocriniens.

L’alternative est donc loin d’être une bonne solution. Elle serait pire, même si pour connaître les effets indésirables sur les humains, il faut compléter cette étude par une autre sur la dangerosité du produit.

« Nous, nous n’avons étudié que la partie exposition, nous n’évaluons pas du tout le danger. Ce que nous avons constaté chez le porcelet c’est que les concentrations de bisphénol S dans le sang sont environ 250 fois supérieures à celles du bisphénol A », précise Véronique Gayrard, de l'école nationale vétérinaire de Toulouse.

La question du danger

Lorsqu’elle s’est lancée avec les autres chercheurs dans cette étude, elle s’attendait à avoir des résultats similaires à ceux du bisphénol A, mais pas à des niveaux aussi élevés.

Si pour l’heure le bisphénol S n’est pas classé comme une substance préoccupante, il a des propriétés proches de celles du bisphénol A. Reste à savoir s’il constitue un réel danger pour la santé. Pour des scientifiques de l’université d’Oakland, c’est déjà un fait puisqu’une de leur étude a montré que sa présence pouvait aggraver les cancers du sein les plus courants.

Pour l’heure, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) indique qu’il n’est « pas possible de conduire une évaluation des risques sanitaires liés à une utilisation de ces composés dans des produits de consommation, ce qui doit inciter à la plus grande prudence en matière de substitution par ces composés ». Cette nouvelle étude pourrait changer la donne.