Des chercheurs pensent savoir comment votre chien vous attendrit avec son regard

ETUDE Deux muscles bien formés autour des yeux permettraient aux chiens de faire un regard triste

20 Minutes avec agences

— 

On connaît désormais l'origine du « regard de chien battu ».
On connaît désormais l'origine du « regard de chien battu ». — Pixabay / moshehar

Vous avez sans doute déjà cédé devant le regard attendrissant de votre chien, et c’est normal. Dans une étude publiée ce lundi dans les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences (Pnas), des scientifiques pensent avoir trouvé comment le chien parvient à faire fondre le cœur d’une personne pour la faire plier à ses désirs. Deux muscles des sourcils seraient mis à contribution, aidant l’animal à avoir l’air triste. Cette technique est également maîtrisée… par les bébés humains.

Une interaction de forte intensité avec les humains

Les chercheurs ont disséqué des cadavres de chiens domestiques et de loups sauvages, deux espèces qui ont divergé il y a environ 33.000 ans. Chez les premiers, deux muscles bien formés autour des yeux ont été découverts. Ce n’était en revanche pas le cas chez les loups.

Dans l’autre partie de l’étude, les scientifiques ont filmé des interactions de deux minutes entre des chiens et un humain qui leur était inconnu. Ils ont ensuite répété la même action avec les loups. Résultat : seuls les chiens parvenaient à produire des mouvements de sourcils de forte intensité en regardant les humains.

« Une réaction de protection chez les gens »

« Cela les aide à agrandir leurs yeux, comme le font les bébés », explique Anne Burrows, professeure à l’université Duquesne de Pittsburgh, et coauteure de l’étude. « Cela déclenche une réaction de protection chez les gens ». Pour la chercheuse, la découverte indique que « ce muscle et sa fonction ont été sélectionnés » par les humains.

Cette étude s’ajoute à plusieurs autres allant dans ce sens. En 2015, des travaux menés par des chercheurs au Japon ont démontré que l’échange de regards entre des chiens et leurs maîtres menait à un pic mutuel d'« hormone de l’amour » ocytocine. Tout comme ce qu’il se passe entre une mère et son nourrisson.