Une «bière des pharaons» conçue avec une levure de 3.000 ans bientôt commercialisée ?

ANTIQUITE Des chercheurs israéliens ont créé cette bière à partir de la levure contenue dans des jarres retrouvées sur des sites archéologiques

20 Minutes avec agences

— 

Une bière. Illustration.
Une bière. Illustration. — rawpixel

Pourrons-nous bientôt boire la même bière que les pharaons ? Pas impossible puisque des chercheurs israéliens ont annoncé ce mercredi qu’ils avaient réussi à extraire de la levure d’anciennes jarres pour fabriquer un breuvage semblable à celui dégusté il y a plus de 3.000 ans.

Cette bière de couleur blonde, avec une teneur en alcool de 6 % et un goût similaire à une bière de blé, n’a pas encore de nom officiel. Elle a été présentée ce mercredi aux journalistes dans un bar de Jérusalem-ouest, ainsi qu’un hydromel dont le taux d’alcool est de 14 %.

Une levure vieille de 5.000 ans découverte

C’est la première fois qu’une bière est créée avec de la levure antique, ont assuré des chercheurs de l’Autorité des antiquités israéliennes et de trois universités. « Assis autour d’une table, nous l’avons bu, nous avons levé un toast, a déclaré Aren Maeir, un archéologue de l’université de Bar-Ilan. Et j’ai dit : soit tout se passera bien, soit nous serons tous morts dans cinq minutes ».

La bière dégustée a été fabriquée avec une levure datant d’il y a environ 3.000 ans, ont précisé les chercheurs. Mais de la levure vieille de 5.000 ans a également été retrouvée, selon l’Autorité des antiquités. Au total, six types de levures ont été extraits des débris de jarres découvertes sur des sites archéologiques.

Bientôt commercialisée ?

Pour parvenir à brasser de la bière et fabriquer de l’hydromel à partir de ces levures, les chercheurs ont fait appel à des méthodes modernes. Ils ont aussi dû faire fermenter leurs génomes. A l’avenir, ils espèrent troquer ces techniques contre les recettes antiques et éventuellement commercialiser les bières obtenues par ce procédé.

Car le but de cette expérience n’était pas seulement de récréer un breuvage peut-être apprécié par les Pharaons, mais aussi de reconstituer les pratiques des brasseurs d’il y a plusieurs millénaires, explique le professeur Hazan. « En plus du plaisir de boire la bière du temps des pharaons, cette recherche est extrêmement importante pour l’archéologie expérimentale », estime-t-il.

« C’était délicieux »

« Jusqu’à présent, les chercheurs utilisaient des recettes anciennes avec des matériaux modernes, assure Yitzhak Paz, un archéologue de l’Autorité des antiquités israéliennes. C’est la première fois que nous utilisons des substances anciennes pour créer une bière antique. »

Et travailler sur ce projet a aussi eu quelques avantages… notamment gustatifs, avouent les chercheurs. « C’était délicieux. Bon, je bois beaucoup de bière, donc je peux être un bon juge », confie Yitzhak Paz.